Sweet Tomi. (2/2)

. : .

Sweet Tomi.


_____ Partie II


Le lendemain matin, Tom s'était levé aux aurores. Après avoir pris une longue douche apaisante, il avait embrassé tendrement le front plissé d'inquiétude de Bill qui dormait toujours et était parti pour la matinée sur les pentes à améliorer sa tenue sur une planche de snowboard.


[...]


Bill s'étira lentement, décollant doucement ses yeux. Il tâtonna le lit froid et un sentiment de peur s'empara de lui. La scène dans la douche lui revint en mémoire, faisant enflammer ses joues honteusement. Il ne se demanda pas longtemps pourquoi Tom était partit. Pour Bill, il était évident que son frère avait finalement compris ce que représentaient ses sentiments et il ne voudrait plus jamais l'approcher.

Son ventre se tordit à cette pensée affreuse. Il se tortilla et se leva finalement.

Le soleil se reflétait dans l'épaisse couche de neige blanche qui était tombée cette nuit, recouvrant les alentours d'une blancheur pure. Bill soupira en voyant ce magnifique décor. A ce moment exact, la seule et unique chose qu'il voulait était de s'enfoncer dans la neige et d'y rester jusqu'à ne plus sentir ses membres, ne voulant plus sentir son c½ur battre à l'unique pensée de son frère. Il ne savait pas s'il allait avoir le courage de supporter le fait que Tom soit au courant.

« Foutue histoire, » marmonna-t-il. Il attrapa vivement le gros peignoir dont Tom se servait et l'enfila, reniflant discrètement le parfum de son frère dans l'encolure.

Il secoua la tête, et découragé, il retira le vêtement molletonné et s'enfouit sous les grosses couvertures dans le lit. Bill était résigné à y passer la journée. Il n'était pas d'humeur à faire quoique ce soit. Rien qui ne soit sans Tom.



**



Des heures plus tard, Bill n'avait pas bougé d'un centimètre, sa respiration était lente, se saccadant parfois lorsque des images de la veille lui revenaient en mémoire. Des doigts étaient fortement crispés sur l'oreiller humide de ses larmes qu'il n'arrivait pas retenir lorsque l'émotion devenait trop importante pour lui.

Il avait l'impression que son monde s'effondrait. De un, il n'avait jamais était aussi incertain pour une tournée qui s'annonçait gigantesque et spectaculaire. De deux, et pas la moindre des raisons, Tom n'avait pas pointé le bout de son nez et il ne savait même pas ce que son frère allait faire. Dans cette situation atypique, Bill ne pouvait pas prévoir quelle serait la réaction après réflexion de Tom et c'était si perturbant que cela lui en donnait la nausée.

Il se recroquevilla un peu plus dans le lit et enroula la couette fermement autour de son corps.

C'était comme si grâce à la couverture, il était protégé de tout ce qui se passe dans le monde extérieur, ici, rien ne pouvait l'atteindre.

« Bill... »

Rien, sauf peut être Tom.

« Bill, tu dors ? »

Le brun caché et coincé sous la grosse couverture ne répondit pas et ne bougea pas. Il voulait rester pour toujours dans sa couette, le visage enfoncé dans le moelleux oreiller. Non, il ne voulait foutrement pas entendre Tom lui dire que ça ne pouvait plus être comme avant entre eux, qu'il devrait allait dormir seul dans la chambre d'en face, ou encore pire, qu'il avait tellement bien réfléchi qu'il allait l'abandonné là, sur le matelas confortable du chalet.

Bill tressaillit imperceptiblement.

Le matelas s'affaissa. Les effluves du parfum de Tom cognaient contre les narines de Bill et sa gorge se noua d'appréhension.

« Tu devras bien sortir de là un jour ou l'autre, » ajouta doucement Tom. « A moins que tu ne veuilles mourir étouffé. »

Si seulement Tom savait à quel point Bill aurait voulu s'étouffer. Peut être pas si exagérément, mais au moins disparaître de la surface de la terre pour un petit moment. Juste le temps que la honte se dissipe, si au moins cela était possible.

Il entendit Tom soupirer.

« Bien. » Le tressé inspira et commença malgré tout à parler, sachant pertinemment que Bill ne dormait pas. « J'ai réfléchi Bill. Beaucoup et longuement. C'est vraiment étrange comme situation. »

Il marqua un temps de pause qui avait le don de retourner l'estomac de Bill et de lui donner un peu plus envie de vomir ses trippes.

« Ouais, euhm... » Tom se gratta la nuque, s'adossant à la tête de lit. « Tu sais on est jumeaux. »

Bill grogna sourdement, contractant sa mâchoire. Comme s'il n'était pas au courant de ce minuscule détail.

« Je veux dire, on a toujours ressentis la même chose, pas vrai ? »

Bill s'obstina à ne pas répondre. Il bougea les pieds, juste pour dire qu'il était attentif malgré tout. Et rien que ce geste lui demandait un gros effort.

Tom sourit silencieusement, s'installant un peu plus confortablement. « Alors je me suis dis « Pourquoi je ne ressens pas la même chose que toi ? », tu vois ? Et j'ai cherché ce matin, c'était bizarre. »

Bill fit dépasser ses cheveux de sous la couverture puis regarda discrètement le profil de Tom. « Qu'est-ce que tu racontes Tomi ? » marmonna-t-il, sa voix pratiquement entièrement étouffée par le tissu.

Le tressé ne détourna pas les yeux du mur d'en face. « En fait, ce n'est pas bizarre, si ? Ça a toujours été toi et moi. T'as toujours été collé à mes basques et à réclamer des câlins. En fait, t'es un foutu emmerdeur. »

« Hey ! » cria presque Bill. Il se releva, s'asseyant sur le lit, la couette sur la tête et les cheveux en bataille. « De quel droit tu me dis ça ? »

Tom observa l'air décontenancé de son petit frère. Il sourit à la vue adorable que celui-ci lui proposait. Bill était sans doute un petit gamin chiant, mais il était celui de Tom et jamais il ne pourrait l'envoyer paitre. Et ses mains le démangeaient tant elles voulaient aller à la rencontre du visage pâle de Bill. Il crispa ses doigts pour se retenir et baissa la tête en souriant.

« Laisse-moi finir tranquillement mon discours. »

Bill croisa les bras et attendit. « Vas-y, continue à te plaindre de moi. »

Tom prit une grande inspiration et reprit la parole. « Enfin voilà, ce que je veux dire c'est que je peux pas te rejeter, mais je ne peux pas faire comme si tu ne ressentais rien. Et je ne veux pas te blesser Bill. » Il se redressa et passa le bout de ses doigts sur la joue de Bill. « Peut être que je peux juste essayer de voir si je ressens la même chose que toi, non ? »

Bill ouvrit la bouche puis la referma à la manière d'une carpe. Il ne savait pas s'il avait réellement bien compris les intentions de Tom. Son s½ur s'envolait peu à peu pour disparaître dans le brouhaha qui faisait rage dans son corps tout entier. Plus rien n'avait de sens, encore moins la dernière phrase de Tom.

La couette retomba lourdement sur ses épaules.

« Tu veux... » Bill se pinça les lèvres. « Tu... »

Tom appuya sa main fermement contre la joue de Bill. « Juste pour voir. Je ne veux pas te forcer Bill, ok ? »

Il allait perdre au change, Bill en était persuadé. Soit il refusait le baiser de Tom et aurait des remords, soit il acceptait ce petit marché et il perdrait la tête. Il mordit l'intérieur de sa joue et hocha lentement et avec hésitation la tête. Entre les deux propositions, il préférait de loin goûter aux lèvres attirantes de Tom que de s'endormir chaque soir avec les remords d'avoir laissé l'occasion lui filer entre les doigts.

Il hocha de plus en plus vivement la tête, laissant échapper un sanglot de sa gorge.

« C'est bon ? » demanda Tom, sa paume de main toujours contre la joue un peu rosie de Bill.

Bill ferma les yeux. « Oui, » souffla-t-il.

Sans geste brusque, Tom approche son visage de celui de son frère, sur les traits de Bill Tom lisait l'appréhension mais surtout l'impatience. Ses longs cils papillonnaient et ses yeux bougeaient rapidement sous ses paupières closes. Tom lécha par automatisme ses lèvres, tout en fixant celles de son petit frère.

Sa main devenait moite contre Bill et il se lança finalement.

Bill perdit pieds. Les douces lèvres de Tom étaient collées aux siennes et rien ne pouvait être plus délicieux que ce simple contact. Il n'attendait rien de plus de Tom que de toujours rester contre lui de cette manière. C'était électrisant, il ne savait plus où il était, ce qui allait se passer. Plus rien autour de lui n'avait de sens et sa tête tournait à mille à l'heure.

Tom fit une petite pression sur les lèvres de Bill. Ce dernier entrouvrit légèrement la bouche et laissa dépasser le bout de sa langue pour venir jouer avec la lèvre inférieur du tressé.

Ensuite, tout se passa si vite. Les lèvres de Bill étaient si agréablement torturées par les dents et la langue de Tom. Leurs langues se taquinaient pour finalement venir se coller l'une à l'autre et s'affliger de tendres caresses dans de petits bruits mignons qui brisaient le silence de la demeure. Bill embrassait Tom à en perdre haleine.

Jamais il ne devrait se séparer de lui, maintenant qu'il y avait goûté une fois, il ne pouvait plus se faire à l'idée de na plus y avoir droit.

Il continua à embrasser Tom de manière plus désespérée, tandis que quelques larmes glissaient sur ses joues et dans son cou. Certaines d'entre elles s'écrasaient sur la main de Tom et Bill ne l'embrassait que plus à cette constatation.

« Bill, » chuchota Tom, contre les lèvres de son frère.

« Non, » gémit Bill. Il emprisonna les lèvres de Tom entre les siennes et les lécha pour avoir un peu plus du goût de Tom contre sa langue. « Encore s'il te plait. »

Il relâcha Tom mais laissa ses lèvres poser contre celles du tressé.

La main humide des larmes de Bill sécha les joues du chanteur. « C'était vraiment super. »

Bill se détacha définitivement de Tom et agrippa la couette qui entourait ses épaules. « Mais ça n'a rien fait, pas vrai ? » Il baissa la tête, remontant la couette sur le haut de son crâne.

Tom se mordit la lèvre. Le goût de Bill encore sur elle.

« Je suis désolé Bill. »

Le chanteur secoua frénétiquement la tête. Il se laissa tomber de tout son long sur le matelas. « Je t'aime Tomi, » gémit-il douloureusement.

Cette phrase faisait écho dans le c½ur de Tom qui se fissurait petit à petit en voyant son frère dans cet état. Bientôt il n'en resterait que deux morceaux morts. Et il ne voulait pas que ça arrive.

Il s'allongea à côté de Bill et le fit glisser contre son torse. Il abaissa la grosse couverture de sa tête et lui embrassa le haut du crâne tout en massant affectueusement la nuque.

« Je suis désolé Bill - »

« Tu l'as déjà dis, » pleurnicha Bill.

Tom posa son index sur sa bouche pour le faire taire. « Je suis désolé parce que je vais recommencer à t'embrasser. »

Une explosion. Des étincelles. Pleins d'étoiles jaillirent de nulle part dans les yeux de Bill. Il ne bougeait plus, captant petit à petit ce que Tom venait de lui dire. Et quand le message fut complètement compris, un sourire se dessina sur ses lèvres. Un petit et innocent sourire qui contrastait durement avec les larmes de détresses qui coulaient de moins en moins sur ses joues.

« Tu ne peux - »

Tom le fit taire en posant délicatement sa bouche contre celle de Bill.



**



Une fois de plus, il avait neigeait l'après-midi. Tom marchait dans le petit bois qui entourait le chalet donnant un côté plus intime au logement, bien qu'il n'en ait pas besoin au vu du manque de voisin dans le périmètre.

Quelques flocons de neiges tombaient depuis les branches d'arbres, venant parfois s'écraser contre le bonnet de Tom qui ronchonnait pour la forme.

Plus il s'enfonçait dans la forêt, moins les rayons du soleil pénétraient dans le petit sous-bois. Ici Tom se sentait bien, à l'écart de tout et le calme environnant lui permettait une fois de plus de réfléchir. Sa tête était si embrouillée qu'il n'arrivait plus mettre des pensées cohérente sur les sentiments qui faisaient rage en lui.

Un peu plus tôt dans la journée, il avait embrassé Bill. Il avait embrassé son frère mais avait aimé. Ce qui était étrange puisqu'il ne ressentait pas un quelconque sentiment amoureux pour son frère. Non, il aimait juste Bill fraternellement. Alors ce n'était pas juste ça ? Leur lien gémellaire ? Celui-ci faisait peut être une connexion étroite entre les sentiments de Bill envers lui et ceux-ci se répercutaient dans son esprit.

Peut être que Tom mélangeait juste les sentiments qu'il percevait de Bill avec les siens.

« Ouais, ça doit être ça. » Il tenta de comprendre comment une telle chose pouvait se produire, mais il n'y avait aucune explication.

Il secoua la tête pour faire tomber un flocon de son nez et avança un peu plus vite.

Un peu plus loin, il pouvait voir un halo de lumière. Il s'en approcha et fut agréablement surpris de voir que le jacuzzi mentionné dans l'annonce était bel et bien réel. Il était surélevé en plein milieu des bois, entouré de neige, dans un cadre somptueux et naturel. Il était accordé plus loin à un système électrique.

Tom était émerveillé. Bill allait adorer et ils pourraient se détendre ici ce soir.

Il fit rapidement demi-tour, pressant le pas pour amener Bill ici en vitesse, celui-ci étant resté allongé sur le lit tout le jour.

A cet instant, le guitariste avait tout oublié des questions qui fusaient dans son esprit.



[...]



Un petit sourire épanoui ne voulait pas disparaître du visage de Bill. Il se léchait les lèvres depuis des heures et bien que le goût de Tom ait disparu, il ne pouvait s'empêcher de chercher encore et encore la petite pointe de Tom sur ses lèvres. Il mordit sa lèvre en entendant Tom arriver dans la chambre et osa croire qu'il allait venir l'embrasser une fois de plus.

« Debout p'tit frère, je dois te montrer quelque chose. »

Il reçu des fringues sur le visage et ne grogna bizarrement pas. Il enfila les habits très vite et se posta à côté de Tom, un air un peu trop joyeux sur le visage.

Tom leva les yeux au ciel mais lui sourit. « Prend un sac avec des affaires pour te baigner Bill, tu vas adorer. »

Bill fronça les sourcils. « Tu m'emmènes où ? »

« Surprise ! » Tom posa une main sur la hanche de Bill et claqua un simple bisou au coin des lèvres de son frère, comme il le faisait souvent.



**



Des milliers de petites bulles éclataient contre les visages de jumeaux. Tom s'était approprié la meilleure place dans le jacuzzi, il était allongé, laissant un bras et sa tête dépasser tandis qu'il profitait des bulles d'air et des jais qui massaient plus qu'agréablement son corps engourdis.

Il ferma les yeux et poussa un grognement de satisfaction.

Bill était assis de l'autre côté. Ses jambes repliées étaient collées contre son corps alors qu'il admirait une fois encore Tom. Il se sentait un peu comme un voyeur mais ne pouvait s'empêcher de poser son regard sur le visage tranquille de Tom. Tellement apaisé que Bill en venait à se demander si ce qui s'était passé plus tôt dans l'après-midi avait eut un réel quelconque impact sur son jumeau.

Ce qui était certain, c'était que sur l'androgyne, les baisers qu'ils s'étaient échangés lui avaient complètement retourné le c½ur. Il ne savait plus ce qu'il devait penser ou faire. C'en devenait atrocement difficile et d'autant plus gênant qu'il n'arrivait même pas aborder le sujet, ni regarder Tom droit dans les yeux.

Tom ouvrit justement ses yeux et Bill baissa immédiatement la tête.

Le petit rire de Tom retentit. « Arrête de penser Bill. »

Bill tendit ses jambes dans le bassin carré et haussa les épaules. « Facile à dire pour toi. »

Le tressé se redressa, s'asseyant face à Bill. Il lui tendit une main que Bill attrapa. Leurs doigts se croisèrent délicatement, faisant grimper des fourmis le long du dos de Bill.

« Je te propose quelque chose, » commença Tom, prenant un air sérieux. « Jusqu'à la fin des vacances, chaque fois que tu voudras de moi plus que comme ton frère, tu pourras l'avoir. »

Bill rougit. Il se demandait s'il avait bien comprit.

« En clair, tu pourras obtenir de moi ce qui te souhaites. »

« Tu ne vas pas réellement faire ça, si ? » Bill restait sceptique. Il devait y avoir anguille sous roche. « Il y a forcément un mais. »

Tom secoua la tête. « Jusqu'à la fin de nos vacances je serai le Tom que tu voudras. »

Bill fronça les sourcils. « Ca à l'air malsain. »

Les jumeaux se sourirent. C'était encore un des plans foireux de Tom, comme il en avait souvent, mais si cela pouvait contribuer à l'épanouissement même éphémère de Bill, alors toute proposition était bonne à prendre.

Bill sourit malicieusement.

« Mais attention, n'en profite pas trop, je ne serrai pas ton serviteur, compris ? »

« Oui, oui, » dit Bill, feignant l'innocence.

Tom fronça les sourcils à son tour avant de rire. « Maintenant tu profites juste et t'arrêtes de te prendre la tête avec toute cette histoire. »

Le tressé se réinstalla comme auparavant, allongé dans le bain de bulles, la main de Bill toujours dans la sienne.

Les minutes passèrent, Bill se retrouva à genoux au milieu du jacuzzi. Il hésitait à demander à Tom de l'embrasser encore. Pourtant, d'après leur accord il pouvait. Son ventre se tortilla et il resserra les doigts de Tom entre les siens. Il espérait que son frère comprendrait par lui-même.

Tom savait que Bill crevait d'envie, depuis tout à l'heure, de lui demander un baiser. Cependant, il n'allait pas lui donner lui-même. Il voulait que son frère apprenne à surpasser sa gêne avec lui car il n'y avait aucune honte à avoir à ressentir d'aussi beaux sentiments. Il voulait sourire, mais se retint, ne voulant pas montrer à Bill qu'il avait compris ce qu'il demandait tacitement.

« Tom... » chuchota Bill. « Tu... »

« Quoi ? »

Le tressé tourna la tête vers Bill, bloquant presque instantanément Bill dans son élan. Il déglutit difficilement, grattant son coude avec sa main libre.

Il expira un bon coup. « Je veux encore que tu... tu sais. »

Tom l'encouragea d'un signe de la tête.

« M'embrasse, » souffla Bill. Il tourna la tête, trouvant soudainement les arbres enneigés particulièrement passionnants.

Les doigts de Tom caressèrent sa mâchoire, il était fier de son frère. « Comme tu voudras. »

Bill positionna de nouveau son visage face à Tom et fut surpris de voir un petit sourire satisfait sur le visage de Tom. Pourquoi avait-il l'air si content qu'il lui demande ça ? Ce n'était décidément pas normal. Déjà leur second petit marché de la journée semblait si étrange. Bill acceptait tout venant de Tom les yeux fermés, sans prendre véritablement en compte les conséquences. Bien qu'il en ait conscience, il faisait preuve d'une si grande mauvaise fois qu'il arrivait occulter la réalité des choses.

Quand ils seront de retour à la civilisation, que la tournée sera réellement débutée, tout s'écroulerait. Mais Bill s'en fichait car Tom lui donnait le plus doux des baisers, caressant avec affection la joue.

Et ces petites attentions n'étaient que les premières d'une longue lignée d'autres.



**



Quelques jours plus tard, l'ambiance s'était clairement détendue. Les jumeaux s'entendaient mieux que jamais. La nouvelle facette de leur relation s'installait peu à peu entre eux et aucun d'eux ne trouvait quelque chose à y redire. Ils profitaient enfin pleinement de leurs vacances.

Bill était installé sur le canapé, l'ordinateur portable que Tom avait concédé à lui rendre posé sur son ventre plat.

Tom surveillait de loin que Bill ne se prenait pas la tête avec le travail. Maintenant qu'il commençait seulement à se vider l'esprit de ses sentiments compliqués, il ne fallait pas que le stresse dû au surmenage au travail ne revienne.

« Dis, tu ne veux pas aller manger au restaurant ce soir ? » demanda Bill, penchant la tête vers l'arrière, contorsionnant son cou, pour pouvoir apercevoir Tom attablé devant une tasse fumante de café.

Tom haussa les épaules. « Pourquoi pas. »

Bill se redressa et posa l'ordinateur portable sur ses cuisses. « J'en ai trouvé un pas trop mal à quelques kilomètres. »

Le tressé rejoignit Bill sur le canapé, le poussant gentiment. Il passa son bras autour de la hanche de Bill. « Je suppose que ça peut être bien, tu n'es pas sorti cette semaine. »

Bill hocha la tête. Il attrapa un stylo et une feuille afin de noter les coordonnées pour réserver une table et prendre l'itinéraire. Il reposa le tout une fois fini et se débarrassa de l'ordinateur. Il posa sa tête sur l'épaule de Tom et souffla de bien-être.

Tom câlinait la hanche de Bill, passant le bout de ses doigts sous le petit pull de Bill.

« Il faut que j'aille appeler le restaurant, » dit Bill, fermant les yeux.

Il passa son nez dans le creux de la clavicule de Tom, ne semblant définitivement pas près pour bouger ne serait-ce que d'un centimètre. Il replia ses jambes sur le côté et laissa tout son corps se reposer sur Tom.

« Tu veux faire une sieste Billy ? » murmura Tom, la joue coller contre le front de Bill.

Ce dernier hocha la tête, entourant la taille de Tom étroitement.

Le tressé compris le message et souleva son frère comme un gros bébé et se dirigea vers la chambre. Il déposa délicatement Bill qui s'était assoupi rapidement dans ses bras et lui embrassa le front. Il remonta la couverture sur le corps de son petit frère jusqu'au menton avant de se reculer.

« Tom, » grogna bill entre ses dents.

« Deux petites minutes, je reviens. »

Bill se tourna dos à tom, sa bouche faisant un petit bruit.

Le tressé sourit, il avait l'impression de ne faire que ça depuis quelques jours. Il ne se souvenait plus de la dernière fois où il n'avait pas sourit en regardant Bill. Il ne savait foutrement pas ce qu'il se passait avec son frère, mais ce dont il était sûr était qu'il adorait voir Bill complètement soumis à ses sentiments. Pendant ces moments là, Tom ne pouvait s'empêcher de le trouver craquant. Il avait tellement entendu son frère parler du grand amour que maintenant qu'il se sentait visé par ces paroles, son ventre se tordit sans qu'il ne puisse comprendre s'il appréciait ou dépréciait la chose.

Il était pourtant clair qu'embrasser Bill lorsque celui-ci lui demander ne lui déplaisait pas. Tom n'avait jamais donné un baiser à quelqu'un qui était réellement amoureux de lui et c'était une sensation nouvelle pour lui et d'autant plus étonnante qu'il aimait cela.

Il attrapa le combiné sans fil du chalet et composa le numéro du restaurant. Rapidement, une table pour deux fut réservée.

Le tressé retourna sans plus attendre dans la chambre pour profiter de la sieste avec Bill. L'androgyne avait d'ailleurs, apparemment, retiré ses vêtements. Tom fit de même et se glissa aux côté de Bill, dégageant les cheveux de sa nuque. Il déposa un petit bisou dans le petit creux à le naissance de la racine de ses cheveux.

« Tu sens bon p'tit frère, » chuchota Tom. Il ferma les yeux et enfouit son visage dans la nuque de Bill en ronronnant.

Bill gesticula, et bien qu'il fût déjà très proche de Tom, il se recula un peu plus pour être littéralement collé à lui. « Je ne veux pas que les vacances se finisse. »

Une boule de stresse grossissait dans le ventre de chacun des jumeaux.

« Il y a une fin à tout, n'est-ce pas ? » continua Bill. Il finit par se retourner face à Tom et lui sourit sincèrement. « je crois que c'est les meilleures vacances du monde. »

« Mieux que celles aux Maldives ? »

« Bien mieux. »

Les bras de Tom encerclèrent la teille de Bill et leurs bassins se collèrent innocemment. Leurs yeux se rencontrèrent joyeusement pour ne plus se quitter.

Bill se demandait sérieusement si Tom n'avait pas lui aussi des sentiments pour lui. Mais peut être que ce n'était qu'une illusion. Il se disait qu'il était tellement enfermé dans sa bulle d'amour increvable que la moindre petite attention que Tom lui accordait, en dehors de ses demandes et de ses gestes habituels, paraissait comme une preuve de plus de ses éventuels sentiments.

Tom lui pinça la hanche. « Arrête de me regarder comme ça. »

Bill baissa les yeux en se mordant la lèvre. « Tu m'embrasses ? » Il leva d'un air faussement timide les yeux.

« Comme tu voudras. »

La main de Tom monta dans une caressa le corps dénudé de Bill tandis que ses lèvres se posaient une fois de plus sur celles de Bill. Ils fermèrent les yeux.

Les muscles rosés des deux garçons se rencontraient et s'apprivoisaient. Ce baiser là avait un goût différent, le goût du jeu, de la passion, Bill en savait pas trop et Tom se laissait complètement submergé par ses émotions.

Le bassin de Bill partit involontairement en avant, cognant contre celui de Tom. Le chanteur en gémit et approfondit un peu plus leur baiser. Il en voulait tellement plus à cet instant. La main de Tom passait toujours sur lui, laissant une trainée de frisson sur sa peau laiteuse et douce. Chaque mouvement de Tom le faisait frissonner et une vague électrisante parcouru l'entièreté de son corps.

Son sexe commençait malgré lui à chauffer et il sentait le sang affluer. Il cogna une fois de plus son bassin contre Tom sans pouvoir se contrôler.

Il ne se rendait compte de rien, pas même que Tom était maintenant au dessus de lui, le surplombant entièrement. Ses deux mains frictionnaient les flancs de Bill, ses pouces taquinaient la peau sensible du bas ventre de Bill. Par une pulsion qui venait de nulle part, Tom voulait en donner bien plus à Bill.

Il mordilla la lèvre inférieure de son petit frère, puis son menton. L'une de ses mains trouva son chemin vers l'entrejambe de Bill, elle tremblait mais prenait une trajectoire sûre. Lorsque Tom posa sa main sur le sexe de Bill qui durcissait plus sous sa paume, Bill écarquilla les yeux de surprise.

« Tu n'es pas obligé de faire ça Tomi, » murmura Bill, contre els lèvres de Tom.

Tom fit une petite pression contre la bouche de Bill, chastement. « J'ai envie. »

Il resserra son emprise sur le pénis de Bill, faisant doucement haleter celui-ci dans sa bouche. Il le caressait par-dessus son boxer, laissant son sexe se tendre toujours plus. Il descendit finalement l'unique vêtement qu'il restait à son frère et le laissa choir plus loin.

Bill ferma les yeux fortement. Il en avait tellement envie, là maintenant, il ne voulait que Tom.

Son sexe fut emprisonné dans la main de Tom et il ne put retenir ses hanches de partir en avant. Il se croyait en plein rêve.

Tom faisait de petit vas et viens, se concentrant pour donner à son frère toute la douceur et l'amour dont il était capable. Et ce dont il était capable était bien plus de ce à quoi il s'était attendu. Il prenait du plaisir à caresser son frère, à presser son sexe entre ses doigts. Jamais il ne se serait cru audacieux à ce point.

Il repoussa le prépuce et passa son pouce juste sur le gland de Bill, appuyant sur la petite fente sensible. Tout le corps de Bill se cambra. Leurs lèvres se cherchaient et s'embrassaient rapidement, parfois tendrement, d'autres fois brusquement. Tout allait très vite, la main de Tom s'activa à masturber le pénis de Bill.

Bill se libéra enfin, atteignant le plus beau nirvana qu'il n'ait jamais vu. Derrière ses yeux ce n'étaient pas des étoiles qui étincelaient, mais les yeux chocolatés de Tom.

« Je... » Bill inspira profondément, reprenant son souffle. Il ouvrit ses yeux et tomba directement dans ceux de Tom à la fois heureux et perdu. « Pourquoi tu as fait ça ? »

Tom se redressa sur ses coudes, paniqué.

« Tu n'as pas aimé ? »

« Si, si, bien sûr que si. » Bill passa sa main dans ses cheveux humide de transpiration. « Tu n'étais pas obligé Tomi. Ce n'est pas normal. »

Tom passa sa main sur la joue de Bill. « Je crois que plus rien n'est normal à présent. »

« Mais tu ne m'aimes pas comme je t'aime, pourquoi tu as fait ça ? »

« Parce que j'en avais envie Billy. » Tom retomba sur Bill, enfouissant son nez dans le cou de son frère. « Tu es trop mignon, » lâcha plaintivement Tom.

Bill rit, même s'il ne savait pas du tout comment interpréter cela. « Et si on faisait vraiment cette sieste ? »

Tom hocha la tête et s'installa un peu plus confortablement sur Bill.

« Tu as l'intention de rester là ? »

Pour toute réponse, le tressé hocha de nouveau la tête. Bill sourit et passa sa main dans les cheveux de Tom et l'autre dans le bas de son dos.

Avant qu'ils ne s'endorment pour de bon, Bill chuchota, « Je t'aime Tomi » juste dans le creux de l'oreille de Tom.



**


Le restaurant n'était pas tellement fréquenté, c'était toujours aussi coquet, comme si tout dans ces montagnes était mignon.

Les jumeaux mangeaient tranquillement, dans une ambiance légère et détendu. Ils parlaient de tout et de rien à la fois, Bill riant parfois trop fort aux blagues Tom, faisant râler les autres personnes autour d'eux. Mais ils s'en fichaient. Ils n'avaient d'yeux que pour l'autre.

Tom calma son fou rire et devint soudainement sérieux. Il attrapa la main de Bill par-dessus la table. « Ca fait carrément cliché ! » rit Tom.

« Trop romantique, » surenchérit Bill. « Il manque juste une bougie au milieu de la table et on pourrait croire qu'on est un petit couple. »

Tom se racla la gorge. « Je t'aime Bill. »

Bill pencha la tête attendrit. « Moi aussi Tomi. »

« Non tu ne comprends pas, je crois que je t'aime comme toi tu m'aimes. » Ses doigts resserrèrent nerveusement ceux de Bill. Il jetait des coups d'½il autour d'eux pour bien faire attention qu'aucun paparazzi ne les épiaient.

« Tu quoi ? » cria pratiquement Bill. Il était clairement choqué par les mots de Tom. « Il y a à peine quelques jours tu disais que - »

« Je sais ce que je disais. » Il avala une gorgé de vin rosé. « C'est juste que tout ceci me perturbe réellement, tu me fais ressentir des choses que je ne connaissais pas encore Bill. Est-ce que tu veux m'apprendre à t'aimer ? »

Bill avait les larmes aux yeux. « Pince-moi. »

Tom le prit au mot et pinça la peau du poignet de Bill qui rougit.

« Il faut qu'on parte, qu'on rentre au chalet. »

Tom appela un serveur et paya l'addition. Bill s'était déjà enfuit en dehors du restaurant. Il rejoignit quelques minutes plus tard et regagnèrent ensemble le petit chalet.

Tom gara maladroitement le véhicule devant l'entrée de la maisonnette de bois et Bill courut vers l'entrée.

« Pourquoi es-tu si pressé ? » demanda Tom, refermant seulement la porte derrière lui.

Il n'eut pas le temps d'avoir une réponse qu'une furie nommée Bill lui sautait dessus, le collant avec force contre le mur. Il entoura les hanches de Tom de ses longues jambes et l'embrassa partout sur le visage.

« Tomi, Tomi, Tomi. »

Le tressé rit et courut comme il put jusqu'à la chambre, tanguant dangereusement à chaque virage. Il sauta sur le lit, écrasant Bill au passage.

Jamais il n'aurait pensé qu'il dirait ce genre de chose à Bill, depuis ce qui s'était passé dans la douche des jours auparavant, la vision des choses de Tom avait complètement était bouleversée jusqu'au point qu'il se rende compte que jamais il n'avait eu de sentiment purement fraternel envers son frère. Après tout, qui trouvait son frère mignon ?



**



Tom était debout, face à la vitre. Il se posait un tas de questions plus ou moins futiles. Il avait passé la nuit la plus étrange qu'il puisse être. Ce n'était pas dormir avec Bill qui le perturbait mais plutôt câliner l'homme qu'il pensait (peut être) aimer. Tout le perturbait. Lui qui se pensait tellement hétérosexuel voyait ses convictions tomber les unes après les autres en regardant Bill.

Cet homme qui était son frère chamboulait sa vie, ses sentiments et tellement de choses en lui. Un n½ud indémêlable s'était formé dans le creux de son esprit et rien de clair ne pouvait en sortir.

Il ne regrettait en aucun cas d'avoir pris cette décision, mais il ne savait pas s'il allait être à la hauteur des espérances de Bill.

« Qu'est-ce que tu fais Tomi ? » demanda Bill, sa voix encore enrouée de sommeil.

Tom frissonna et se retourna vers son frère. Les petits cheveux noirs de Bill ressortaient en pagailles de sous la couette et ses petits yeux brillant de fatigue l'observait dans l'obscurité.

« Je pensais à toi, » répondit sincèrement Tom.

Bill se leva et emporta la couette avec lui. Il enroula ses bras autour des épaules de Tom et posa son front sur sa clavicule. Ils étaient serrés dans la chaleur de la couverture et un doux sentiment de bien-être naquit en Tom. Plus que ça, il se sentait tellement puissant et voulait par tous les moyens protéger son petit frère, ne pas le faire souffrir.

Il resserra le petit corps de Bill contre lui et inspira.

« Je ne veux pas que tu fasses ça juste parce que je le veux. » La voix de bill était étouffée et nouée.

Le chanteur ne pouvait absolument pas croire à tout ceci puisque c'était tombé comme un cheveu sur la soupe, venu de nulle part. Cela l'effrayait. C'était trop irréaliste et soudain pour qu'il y croie, il se devait de laisser le choix à Tom de faire machine arrière et de se rétracter. Il n'avait pas le droit d'être égoïste et de considérer comme acquis ce que Tom consentait à lui offrir.

Bien sûr, il aurait le c½ur brisé si son Tomi lui disait que ce serait une erreur. Il réprima un grand frisson et resserra se bras autour de Tom.

« Ecoute, je suis perdu Bill. Je ne veux pas te faire souffrir ou te donner de faux espoir. » Il passa sa main dans la nuque du plus jeune et la massa adroitement. « Tout ce que je souhaite, c'est ton bonheur petit frère. Laissons les choses se faire d'elles même et nous verrons bien, d'accord ? »

Bill renifla mais hocha la tête. Il ne savait pas à quoi s'attendre maintenant bien qu'il fut persuadé que jamais Tom ne partirait.

Et c'était lui qui disait que rien ne changerait entre eux. Finalement c'est exactement tout l'inverse, plus rien n'était comme avant. C'était autant perturbant que plaisant.

« On retourne au lit ? »

Tom embrassa la tempe de Bill et ils retournèrent s'allonger, même s'ils ne dormirent pas.



**



Tom grattait tranquillement sa guitare, assis sur un transat au bord de la piscine chauffée dans laquelle Bill faisait trempette. Les petites notes de musique s'évaporaient allègrement dans l'air, calmant les jumeaux.

Le stress montait de plus en plus en Bill en sachant que le lendemain ils rentraient déjà à la maison. Là bas ce n'étais pas seulement sa famille et ses amis qu'il retrouverait mais aussi son travail qu'il adorait mais qui l'épuisait. Pour le moment il se sentait capable d'affronter ce que David et les autres producteurs leur réservaient.

Il avait presque hâte d'y être et de penser à autre chose qu'à Tom et ce qui pourrait bien se passer. Il l'avait bien masturber une fois, il pourrait recommencer.

A cette pensée bill rougit et plongea la tête sous l'eau. Il resta assis au fond du bassin, retenant son souffle. Il ferma les yeux et fit le vide. Il se sentait léger. Plus rien n'exister, il se concentrer sur sa respiration pour pouvoir rester le plus longtemps possible sous l'eau.

Soudainement, il se sentit propulsé vers la surface et ouvrit les yeux en grand sous la surprise. Il lâcha l'air qu'il contenait depuis quelques secondes et essuya sa figure d'un revers de main.

« Mais qu'est-ce qu'il se passe ? »

Tom poussait les cheveux de Bill en arrière. « Merde, j'ai cru que... J'ai cru... » Il compressa Bill conter lui. « Ne refais plus ça Bill. »

Ses mains encadrèrent le visage étonné de Bill. Il déposa des bisous de surface et rapide sur les lèvres de son frère.

« Ne refais plus jamais ça, » répétait Tom entre chaque baiser. « Plus jamais. »

« Calme-toi Tom. » Bill retira la grosse veste que Tom portait toujours pour qu'il se sente plus léger dans l'eau. « Je suis désolé. Je ne voulais pas te faire peur. »

Bill tenta de calmer la peur de Tom comme il pouvait. C'était très rare que les rôles soient inversés, que ce soit au tour de Bill de protéger son frère. Il lui chuchotait des mots rassurant dans l'oreille, embrassant celle-ci de temps à autre. Tom avait paru tellement apeuré que ça affectait Bill.

« Sortons de l'eau. »

Bill se hissa hors de l'eau, ne prêtant pas attention au froid qui fouettait son épiderme. Il hissa Tom hors de l'eau pour rentrer dans le chalet.

Pour une raison que Bill ne connaissait pas encore, Tom avait l'air plus choqué qu'il ne le devrait. A ce moment précis il aurait déjà du sortir des blagues pour détendre l'atmosphère et rigoler mais il ne le faisait pas. C'était ce qui dérangeait le plus Bill. Tom n'était pas comme ça, son comportement n'était pas habituel. Et cela, Bill l'avait remarqué depuis quelques jours déjà.

Cette dernière semaine, Tom avait était très bizarre, il réclamait des câlins, des bisous, chose qu'il ne faisait pas souvent à l'accoutumé. C'était avec plaisir que Bill lui donnait ce dont Tom avait besoin, mais c'en était pas moins bouleversant.

Au plus profond de lui, quelque chose disait à Bill que Tom était le plus perdu des deux jumeaux.

« Entre dans le douche Tomi, » dit Bill, après avoir ouvert le jet d'eau chaude.

Tel un automate, Tom retira l'intégralité de ses vêtements et passa sous le jet d'eau.

« J'ai peur Bill, » finit par dire Tom.

Bill releva la tête avec précipitation et lâcha les vêtements trempés de Tom qu'il tenait dans ses bras.

Il ouvrit un peu la porte de la douche. « De quoi Tomi ? » Bill ne savait pas si ce qu'il voyait couler sur le visage de Tom était une larme ou une goutte d'eau.

« J'ai peur de te perdre, de ne pas assez bien t'aimer. »

Le c½ur de Bill se serra. Il se faufila dans la cabine de douche et retourna Tom pour venir le coller contre son torse froid.

« T'es bête Tomi. »

Tom laissa un rire nerveux s'échapper de sa bouche. « Je sais. »

« Pourquoi à chaque fois qu'il se passe quelque chose d'important on se retrouve dans la douche ? »

Tom secoua la tête, laissant un petit sourire se dessiner sur ses lèvres. Il releva la tête et admira Bill. Ce dernier rougissait sous son regard perçant qui était bien différent de celui fraternel.

« Je crois que cette douche va changer nos vies Bill. »

L'androgyne fronça les sourcils. « Que veux-tu dire ? »

« Je crois que j'aime un peu trop t'embrasser. » Ses mains descendaient le long du fin corps de Bill. Sa main passa sur le petit maillot de bain noir de Bill, venant poser sa paume conter ses parties intimes. « Et j'ai trop aimé ça. »

Bill ouvrit la bouche, puis la referma. Il déglutit difficilement, clignant plusieurs fois des yeux pour faire fuir les larmes qui lui montaient aux yeux. Son ventre se retourna et il voulait éclater en sanglot.

Il poussa son bassin contre Tom et lui mordit l'épaule.

« Je veux essayer Bill. » Bill mordit plus fort l'épaule de Tom. « Hey ! Je te dis des trucs gentils et toi tu me mords ! »

Tom écarta Bill de lui et frotta son épaule sous l'eau.

« Pardon, » dit timidement Bill.

« Ouais, finalement, je ne sais pas si c'est une bonne idée, » dit Tom se mettant dos à Bill.

« Que, QUOI ?! » s'exclamant fortement Bill. « Putain, mais arrête de faire ça Tom, arrête de jouer comme ça. » Bill tapa du pied, s'énervant face à l'attitude collégienne de Tom. « Tu me fais chier ! »

Tom se retourna, souriant. Bill serra la mâchoire.

« Toi aussi Bill, tu sais pourquoi ? Parce que tu me fais vibrer. »

Bill fronça les sourcils avant de baisser les yeux vers le bas-ventre de Tom qui commençait à rougir. « Oh, » lâcha-t-il.

Ses joues s'empourprèrent et il se mordit la lèvre. Tom s'approcha de lui et caressa sa taille. « Est-ce que tu crois pouvoir me détester si je te dis que ton visage et la chose la plus perturbante et la plus magnifique je n'ai jamais vu ? »

Bill baissa les yeux confus. « Ce n'est pas possible. Il y a deux semaines tu ne ressentais absolument rien. »

« Il parait que de savoir une personne amoureuse de soi pouvait faire des choses surprenante. »

L'androgyne rougit un peu plus au mot « amoureux ». Lui, il l'était inconditionnellement.

« T'es trop mignon a toujours réfléchir Billy. » Il frôla les lèvres de Bill avec les siennes. « Sois spontané pour une fois. »

Bill leva les yeux vers Tom et put y lire tellement de choses que seuls lui pouvait voir. Principalement, il voyait qu'il pouvait avoir une confiance aveugle en Tom, comme il l'avait toujours fait. Il ferma les yeux et se laissa aller à ses envies.

Ils s'embrassaient longuement et passionnément et bientôt Bill se retrouva aussi nu que Tom.

Aucun d'eux ne savait s'ils pouvaient être capable de franchise ce pas immense et important entre eux, mais quand leurs sexes se frôlèrent maladroitement, ils ne réfléchirent plus cognant leurs virilités entre elles. C'était extrêmement bizarre et bon à la fois. Bill rejeta la tête en arrière, soulevant chastement sa jambe à ta taille de Tom.

Son Tom était collé à la paroi froide et carrelée.

Tom mordillait son cou, faisant apparaître petit à petit un suçon. Il léchait et suçait la peau de Bill avec délicatesse.

Ils se frottaient lascivement l'un contre l'autre, faisant monter le plaisir et l'adrénaline.

C'était meilleur que d'être sur scène, meilleur que des centaines de fans hurlantes, meilleur que les tiramisus, meilleur que la première clope de la journée, c'était Bill et Tom et rien n'était meilleur que le plaisir qu'ils se donnaient à cet instant.

Bill agrippa la nuque de Tom, l'embrassant durement.

Leurs pénis tendus se cognaient et frottaient entre eux les faisant gémir. Bill tremblait, son orgasme était très proche et Tom n'était pas dans un meilleur état. Il partageait l'air dans la bouche de l'autre, se donnant quelque coup de langue de ci de là. Ils atteignirent ensemble le paroxysme.

Bill glissa contre le mur humide mais Tom le rattrapa.

« Il faut qu'on achète ce chalet, » murmura-t-il dans l'oreille de Bill.

Bill rit et acquiesça.



**



« Très bien les garçons, » dit David. « Le concert commence dans un peu plus d'une heure. Essayer de vous détendre. »

Tout le groupe était de nouveau réunit, les concerts avaient commencé. Tout se passait absolument bien. Bill était si heureux d'avoir pu reprendre le boulot sans que Tom ne soit trop inquiet. Il était en pleine forme et se donnait à fond à chaque concert.

« Bon, je vais aller aux toilettes, » dit Georg, tapant dans ses mains. Tom le charia comme toujours.

Gustav était assis dans un fauteuil, faisant tressauter ses jambes, un casque sur les oreilles. Bill pouvait entendre sa musique quelques mètres devant lui. Et fut ravi de voir que tout se déroulé comme prévu. Cette tournée était la plus énorme qu'ils n'aient jamais faites, spectaculaire mais aussi très ambitieuse.

Bill était le plus heureux des hommes à cet instant.

Il se releva et disparut derrière la porte à la recherche d'une pièce tranquille. Il ouvrit une porte et découvrit une pièce vide, excepté une grosse male et un porte manteau.

Il s'assit sur la male et attrapa son portable. Quelques secondes plus tard, Tom apparaissait dans le pièce.

« Quelqu'un m'a demandé ? »

Bill sourit et se jeta sur ses lèvres. « Tu m'as manqué Tomi. »

« J'étais la toute la journée, avec toi. » Les bras musclés de Tom entourèrent les épaules de son frère. Son nez câline la joue de son petit frère.

« Tu sais ce que je veux dire Tomi. »

Tom sourit et mordit le lobe de l'oreille du chanteur. « Bien sûr, tu m'as manqué aussi petit prince. »

Bill s'écarta de Tom perplexe. « Comment tu m'a appelé ? » sourit-il.

« Tu aimes ? » Tom tapota le nez de Bill avec son index.

« J'adore ça. »

Ils se bécotaient ainsi avant chaque début de concert pour ne pas stressé et il fallait dire que ça marchait plutôt bien.



**


Depuis les coulisses, Bill pouvait clairement entendre les nombreuses fans toujours présentes crier. Il mit en place ses oreillettes et tritura nerveusement son micro, souriant rêveusement.

Il sentait Tom derrière lui, passer ses mains discrètement sur lui.

« On démarre dans cinq minutes. »

Bill releva la tête, les yeux brillants d'excitation. Avant que chacun ne parte de leur côté, Tom claqua un baisé derrière l'oreille de Bill.

Il se sentait comme le chanteur le plus heureux, et l'homme le plus combler. Tout ce dont il rêvait était réuni.



Fin.


. : .

Très peu fière de cette partie.

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.163.39.19) if someone makes a complaint.

Comments :

  • spencer33

    12/12/2014

    J'aime j'aime j'aime. Quand t'as dit Bill faisait trempette j'ai rigolait parce que Bill trümpet. Mddr m'insulté pas 😂😂😂

  • Vie-amours-emmerdes-du14

    19/07/2012

    j'ai adorée lire les deux parties de cette mini fiction =) =)

  • hopeless mitsuki

    05/03/2011

    kyaaa trop mignonne c'te fiction j'ai hate de voir ce que tu fais d'autre

  • xOutLoud

    01/03/2011

    Oh je ne vois pas pourquoi ! Perso, je l'ai beaucoup aimé ^^ Plus que la première mais c'est peut-être du au fait que l'action est dans la seconde; J'ai trouve ce TS très mignon et bien écrit :D

  • OS-by-Pops

    01/06/2010

    Y'a pas de quoi ne pas être fière... Cette partie est aussi bien que la première: géniale.
    J'ai vraiment aimé, c'est mignon, doux, et bien écrit, que demander de plus?

    Xoxo.

    Pops.

  • 4therecord

    28/02/2010

    bon, premièrement, j'ai vraiment beaucoup apprécié. Ton style et ton vocabulaire sont fluides, c'est très agréable :)

    MAIS, HAHAHAHAHAHA
    « Welcome to Humanoifd City »

    moi qui m'attendait à une chute bisounours, j'ai absolument explosé de rire ha ha
    corrige! :D

    xxx

  • just-you-and-me483

    28/02/2010

    C'était ...
    *______________*
    gaga tisant à souhait...*-*
    Bon dieu de bordel de merde quoi XD
    J'ai adoré lire ça *-*
    Mais si c'est vrai qu'il y a quelque chose dans la façon dont c'est agencé qui me perturbe un peu...
    Il y a quelques faut de frappe aussi...mais appart ça ...
    je comprends pas trop pourquoi t'en est si peu contente...
    Bien que c'est quelque chose de personnel et au final j'ai parfois les mêmes réactions donc bon...
    Bref moi ça m'a plu et pas qu'un peu =DDD
    cette histoire était trognonne de partout, et je voulais encore et encore et je suis un peu triste qu'il n'y ait pas de suite...
    même si j'aime cette fin *-*
    Soit chui gaga là *__________*

    Et sinon et bien oui il y aura une suite à "pour que tu saches"
    C'est juste que je suis débordée en ce moment niveau boulot...
    J'ai déjà 3 intérro prévue pour les deux jours qui arrivent plus 3 travaux, et pas des moindres...
    Mais bon la semaine devrait plutot être tranquille à partir de mercredi donc je promets de faire un méga effort et de te pondre une suite dans la mesure du possible...
    En tout cas je m'excuse parce que je ne sais jamais rien faire à temps...et je te fais attendre depuis des siècles é_è
    Suis désolée é___è

    Bisouuuuuuuuuuuus ma tite fleur<3
    Et merci pour cette suite *____*

  • indifference-yaoi

    27/02/2010

    J'ai beaucoup aimé :)
    Leur histoire est belle :D

  • nirvana-angelTH83

    26/02/2010

    pourquoi n'es-tu pas satisfaite?
    moi j'ai aimer
    c'étais doux tendre et extrèmement romantique au final
    merci pour cet os
    kissoux
    Scratounette

  • nirvana-angelTH83

    25/02/2010

    j'tombe de sommeil je lirais plus tard dsl

Report abuse