Sweet Tomi. (1/2)

. : .

Sweet Tomi.



_____ Partie I


Dehors il pleuvait, en fait s'il s'en souvenait bien, il n'y avait pas eu de soleil depuis quelques semaines déjà. Le seul répit qu'il y avait eu était lorsque le ciel avait été simplement gris. Bill détourna ses yeux de la vitre donnant une vue parfaite directement sur le ciel noir de jais. Le temps le rendait morose. Puis, il se sentait malade dans cet hôtel, pourtant il était vraiment le meilleur de la ville.

Il frissonna et enfila un peignoir doux qu'il y avait dans la salle de bain de sa suite. Cela faisait maintenant plus d'une heure qu'il tournait en rond dans sa chambre ; il ne pouvait pas juste regarder la télé parce qu'il n'y avait jamais rien (ou alors il s'y voyait dans des émissions people), il ne pouvait pas non plus dormir même s'il était exténué et il ne comprenait pas pourquoi. Il frotta ses bras pour tenter de se réchauffer, ou se rassurer, à vrai dire il ne savait pas.

Il souffla d'ennui.

Après un dernier coup d'½il à l'écran de son portable il décida d'aller dans la chambre d'en face. Puisqu'il n'avait rien à faire, autant s'ennuyer en compagnie. Il se retrouva en face de l'épais panneau de bois blanc aux poignées dorées et toqua quelques petites fois, serrant fermement sa propre carte magnétique dans la main.

«C 'qui ? » demanda une voix étouffée derrière la porte.

« C'est moi, » répondit Bill doucement, presque lassé.

La porte blanche s'ouvrit et Bill pénétra dans la chambre d'hôtel. Tom se tenait en boxer devant lui, les yeux rouges de fatigue. La télé envoyait des rayons de lumière dans la pièce.

Contrairement à la chambre de Bill, il faisait assez chaud ici.

« Qu'est-ce qu'il y a ? »

Bill tordit ses pieds sur la moquette grise. « Je m'ennuyais, » dit-il en se rapprochant du lit pour s'y mettre à genoux.

Tom se recoucha sous la couette épaisse et attrapa la télécommande pour continuer son zapping inintéressant. « On sera surement bientôt à la maison, David nous l'a dit. »

« Il nous dit toujours des conneries, » répliqua Bill. Il avait tellement envie de retrouver son propre lit, le confort du canapé dans le salon et la chaleur émanant d'un de ses chiens sur son ventre. « Je peux rester ? »

« Mmh. Ce n'est pas comme si j'avais pas l'habitude. »

Bill grimaça et retira son peignoir et son t-shirt puis glissa sous la couette à son tour. « Je peux partir si tu veux, » murmura Bill en enfonçant confortablement son visage dans l'oreiller, regardant Tom. Il cogna son nez contre l'épaule de Tom et ferma les yeux.

« Bonne nuit Bill. » Tom éteignit la petite lumière sur la table de chevet ainsi que la télé et plongea presque entièrement sous la grosse couverture molletonnée. Il toucha le bras de Bill avec sa main et serra son poignet avant de déposer ses lèvres sur son front.

« Nuit Tomi. » Il ferma les yeux, sachant pertinemment qu'il ne dormirait pas et se rapprocha imperceptiblement du corps confortable de Tom.

Bill se disait qu'il voulait être comme son frère, aussi parfait qu'il le trouvait. Tom était en quelque sorte à la fois le soutien et le modèle de Bill.

Bill pensait que Tom savait comment gérer la pression, comment parvenir à être heureux avec une absence presque totale de vie privée ou amoureuse. C'était comme si Tom pouvait surmonter tout ça en restant fort tandis que Bill se sentait enchaîné dans des mailles de responsabilités qui l'étouffaient. A force d'y penser, de retourner tout en boucle dans sa tête, il en venait à avoir un mauvais sommeil, du moins, quand il parvenait à dormir.

Avant c'était simple, il se glissait dans le lit avec son frère et s'endormait rassuré par sa simple présence. Maintenant, même la seule présence rassurante de Tom ne suffisait plus. Le chanteur sentait au fond qu'il avait besoin de plus venant de Tom.

Il allait éclater comme un ballon de baudruche trop rempli d'hélium.

Il soupira, il colla son front contre celui de son frère et serra fortement ses paupières entre elles.


**

C'était dans la soirée bien avancée, Bill était dans la petite cuisine du tour-bus, assis sur la banquette. Il avait prévenu Tom que David racontait des conneries, et il avait raison : alors qu'ils étaient tous censés rentrer chez eux pour une semaine de coupure, le manager avait annulé et au lieu de ça il avait remplis l'emploi du temps des jumeaux.

Parfois Bill enviait Georg et Gustav qui disait qu'ils ne voulaient pas être trop mêlés aux affaires d'interview et shoots sauf si nécessaire. Mais Bill était un dingue de travail et malgré lui, il adorait ça.

Tokio Hotel était sa vie.

Le visage de Bill était creux et ses traits tirés. Il était très fatigué, néanmoins, il était ravi de faire tous ces concerts. Sur scène il se sentait si bien, l'adrénaline propulsant tout son corps. C'est à peine s'il ressentait la fatigue à la fin du show. Mais une fois toute la tension, le stresse et l'adrénaline redescendus, il redevenait cotonneux.

Il se leva, attrapa une tasse et la disposa sous la cafetière. Il appuya sur le bouton de marche, attendant patiemment que le café coule enfin dans le fond du mug.

« Est-ce que ça va ? »

Bill ouvrit les yeux qu'il ne se souvenait pas avoir fermé. « Oui, oui. » Il hocha la tête en même temps.

Tom fronça les sourcils avec inquiétude. Il passa sa main dans la nuque de son frère passant ses doigts sur son tatouage. « Il faut que tu appuies sur le frein Bill, t'es exténué. »

Bill ferma les yeux et soupira de contentement sous le touché de Tom à la naissance de sa chevelure. Ceci avait le don de l'apaiser. « Je n'peux pas juste dire non à David. »

L'androgyne sourit et plongea finalement son regard dans celui de son frère. Il avait tellement besoin de Tom ces temps-ci, peut être encore plus que d'habitude ce qui le gênait ; il avait l'impression d'oppresser Tom, d'empiéter sur son espace personnel ou encore de l'embêter.

« Arrête tes conneries Bill. » Tom attira Bill dans ses bras. « Tu ne m'embêtes pas du tout, ok ? » murmura-t-il dans les cheveux ébène et court de Bill. Ce dernier secoua la tête, passant le bout de son nez sur la clavicule de Tom qu'il dénuda.

« Tomi, j'attendais tellement cette semaine. »

« Je sais p'tit frère. »

Tom garda Bill conter lui encore quelques secondes puis le relâcha pour qu'il récupère sa tasse fumante de café noir. Il buvait petite gorgée par petite gorgée, avançant doucement vers les couchettes à la suite de Tom. Déjà, il entendait Georg et Gustav ronfler plus loin dans le bus.

Il s'assit au pied de la couchette de Tom, le dos callé contre la cloison, regardant son frère.

Les jumeaux avaient toujours eu besoin de contact, même visuel. Savoir le regard de l'autre sur soi était l'une des rares choses qui pouvait les rassurer et les encourager. C'était un regard qui brûle la nuque, donne des frissons, la chair de poule, mais aussi un regard empli de fierté pour l'autre et d'adoration.

Bill était le plus grand fan de Tom. Il avait été le premier à apprécier le son de ses doigts sur sa guitare, c'était une chose dont il était fier, d'avoir eu l'honneur d'être la première personne à entendre une mélodie de Tom le rendait absolument fana. Pendant un temps, Tom se baladait sans cesse dans la maison avec une guitare de leur beau-père, il avait toujours cet instrument en main et il n'avait alors que six ans.

« Tu viens te coucher ou tu continues à rêvasser de moi ? » taquina Tom.

« Tomi, » gronda Bill. Il déposa sa tasse vide sur le sol et rampa près de Tom en soulevant la couverture pour se caller confortablement. Il tira le rideau et se colla un peu plus contre Tom.

« T'es trop gros Bill. » Tom pinça la hanche de son frère pour qu'il se recule un peu.

Bill frappa la main de Tom pour la repousser. « Tu l'es plus que moi Tomi. » Il passa une jambe nue entre celles tout aussi dénudées de son frère, glissant ses pieds froids sur ses mollets.

« Putain Bill, » grogna Tom. « Je n'suis pas ton chauffage attitré. »

Bill gloussa. « T'es mon énorme doudou Tomi, » dit-il avec une voix exagérément enfantine, faisant papillonner ses paupières. Il planta ses doigts de pieds dans la chaire tendre et chaude des muscles de Tom.

« Gamin. »

Tom enroula tout de même ses bras autour du fin corps de Bill, câlinant son nez du sien dans un léger baisé esquimau. Il savait que Bill adorait ça. Sous les petites attentions de son frère, Bill aurait presque pu ronronner comme un chat. Un petit sourire satisfait s'imposa sur ses lèvres roses. Il ferma les yeux, bougeant doucement la tête pour frotter son nez à celui de son frère.

Leurs souffles se mêlaient de même que leurs longues jambes pileuses. Ils partageaient l'air de l'autre et aligner leur respiration à celle de leur jumeau. Bill sentait le c½ur de Tom contre son torse battre au même rythme que le sien et il se sentit combler. Ils étaient en phase et Bill se laissa aller à la fatigue qui l'enveloppait, tombant doucement dans les bras de Morphée personnifié cette nuit là par Tom.


**


Bill cogitait depuis plusieurs heures déjà, il y avait quelque chose qui le tracassait et ça ne faisait qu'accroître depuis ces dernières semaines. Il avait réfléchis en venant à la conclusion que c'était peut être la cause de ses insomnies ; et ce qu'il savait aussi, c'était qu'il se sentait comme une stupide fille qui avait un chagrin inconsolable. La seule différence entre elles et lui était qu'il ne pleurait pas encore.

Il regarda à travers la vitre teinté du van, observant avec attention toutes les petites lumières qui éclairées la ville. Quelques personnes se hâtaient ou hélaient un taxi pour pouvoir regagner leur demeure avec leurs gros sacs de course. Peut être qu'à la maison quelqu'un les attend, s'imaginait Bill.

Un souffle chaud s'écrasa contre la vitre, déposant des petites particules d'eau. Il ferma les yeux et se massa les tempes. Le van s'arrêterait bientôt il fallait qu'il soit prêt. Il jeta un petit coup d'½il sur son portable, vérifiant l'heure. Ses yeux se posèrent sur les pixels du petit écran où le visage de Tom et le sien se dessinaient. C'est en regardant le sourire flamboyant de Tom que Bill comprit pourquoi c'était si important : c'était le rêve de leur vie. Bien que le rêve est empiété sur la vie ces derniers temps.

La grosse voiture se stoppa devant un bâtiment, une avant première du film qu'il avait doublé attendait Bill et des dizaines, voire centaines de fans l'attendaient devant l'entrée de la bâtisse. Il inspira essayant de se donner contenance.

La porte s'ouvrit, il rangea son portable dans une poche et sortit du van, un sourire radieux sur le visage. L'un des gardes lui tendit un feutre noir et Bill passa les minutes suivantes à signer des photos, des magasines ou des dessins. Des dizaines d'appareil photos étaient braqués sur lui ; il continuait de sourire.

Après tout, Bill était ravi d'être là, le centre de l'attention. Tous ces regards sur lui l'effrayaient autant qu'il les adorait.

« Bill ! » Une fille l'appela tandis qu'il signait toujours des feuilles. « On va boire un café ? »

Le grand brun passa devant elle. « Qui ? »

« Toi et moi. Après ? »

Bill regarda furtivement la fille qui brandissait un appareil photo juste sous ses yeux. « On verra. » Il sourit une dernière fois s'éloignant d'elle, s'approchant d'autres filles qui scandaient son prénom.

Là, Bill compris pour la première fois que oui, en un claquement de doigt il pourrait avoir n'importe quelle fille fan, mais que non, il ne pouvait pas et ne voulait absolument pas ça. Son sourire ne le lâchait plus et ses pensées se dirigèrent vers le vide de son c½ur. Il se trouvait presque pathétique.

La seule chose qu'il recherchait désormais était un peu d'amour. Ce pouvait être pitoyable, mais pour lui c'était simplement une chose vitale à laquelle il se raccrochait.

Le feutre crissa sur le papier glacé d'une photo et Bill ne put qu'observer, pendant un bref instant, une photo de Tom et lui plus jeune. Il sourit presque nostalgiquement. Leurs yeux de Tom étaient plus bridés et pétillants à cette époque, Bill avait toujours été fasciné par ces prunelles chocolatés. C'était l'océan de bonheur dont il avait besoin...

Non, jamais Bill ne s'était trouvé pathétique.


**


Aujourd'hui était le grand jour, Bill et Tom allait enfin partir en vacances. Du moins, ils avaient simplement loué un petit chalet en montagne. Il fallait qu'ils changent un peu d'air et pour une fois, ils avaient décidé de partir faire du ski. Bill avait déjà prévu de monopoliser le jacuzzi et la piscine chauffée qu'il y aurait, il n'avait pas été tenté de prendre des leçons de snowboard avec Tom mais il ne voulait pas lui gâcher ce plaisir.

Tom sortit le premier du gros 4x4 loué un peu plus bas à la station balnéaire qui louait les chalets individuels. Son pieds s'enfonça dans la neige qui n'avait pas était déblayée et s'étira comme il put avec son épais manteau de montagne gris clair. Bill l'observait, il fronça les sourcils en s'imaginant se geler les pieds dans tous ces centimètres de neige. Il examina ses chaussures qu'il trouvait immonde mais ce dit que c'était ce genre de chose simple et immonde dont ils avaient besoin tous les deux.

Il ouvrit avec du mal la portière qui était un peu collé à cause du froid et la poussa plus fort, donnant un grand coup dedans.

« Du calme Bill, » dit Tom, tirant la portière du côté passager en laissant sortir Bill.

« Elle ne voulait pas s'ouvrir, » il se redressa et observa les alentours. « C'est mignon. » Bill s'était attendu à pire, n'ayant pas vu les photos sur internet : Tom s'était chargé de tout pendant que Bill faisait un shoot solo.

Tom referma la portière et passa devant Bill. « Je t'vais dit que ça te plairais ! » Il fit tourner les clés autour de son index.

Bill trottina pour le rejoindre sur la petite véranda surélevée en bois de chêne.

« Et les valises ? »

« Plus tard, » répondit Tom, déverrouillant la porte d'entrée. « J'espère que c'est pareil que sur le site, » murmura-t-il entre ses dents.

Bill accrocha sa main au bas du manteau de Tom pour le suivre à l'intérieur du chalet.

Dedans, c'était coquet et chaleureux. Pas de fantaisie, juste ce qu'il faut pour le meilleur des conforts. Tout était dans les tons bruns, c'était une atmosphère apaisante et Bill se sentit très vite à l'aise. Ils faisaient le tour du petit pavillon et ils semblaient tous les deux ravis.

Ils avaient une chambre chacun, avec une salle de bain adjacente qui séparaient les deux pièces similaires. Bill se dit que Tom avait eu une très bonne idée et puis, s'il oubliait le froid ambiant, c'était très charmant.

« J'aime bien, » déclara Bill. « Mais, tu m'avais dit qu'il y aurait un jacuzzi puis une piscine, non ? »

Tom secoua la tête. « Je sors les valises et je te montre après. Tu seras capable d'attendre tu crois ? » Taquina Tom.

Bill tapa du pied et leva les yeux au ciel. « On ne fait pas attendre Bill Kaulitz ! » Il croisa les bras sur son torse.

Tom pouffa, se repliant un peu sur lui-même. « Ridicule. Tu ferais mieux d'aller chercher du bois pour la cheminée si tu veux pas te geler le cul Bill Kaulitz. »

« C'était si nul que ça ? »

« T'es vexé si je te dis que oui ? » Tom regarda Bill de biais. « Faire la diva ça te va pas Bill. »

Il cogna le bras fin de Bill avant de repasser sa main dessus pour le frotter. Il disparut de l'entrée, laissant la moustiquaire claquer.

Bill sourit brièvement et se dit que ces vacances aller être vraiment cool. Il partit vers la cuisine afin de sortir à l'arrière du chalet pour aller dans la petite cabane au fond du jardin. C'est là qu'il remarqua enfin qu'il y avait une piscine encore bâchée. Il la contourna, se tenant maintenant juste devant la petite cabane. Il tira la porte qui grinça et des grosses bûches de bois entassées lui faisaient face.

« J'espère qu'il n'y a pas de putain d'araignée, » grogna-t-il.

Il tira une bûche vers lui, forçant pour la sortir du tas. Il faillit basculer et tomber sur les fesses quand celle-ci fut enfin libérée de tous les autres bouts de bois. Il en retire deux autres et repartit vers la maison, claquant la porte de la cabane derrière lui, ne voulant pas voir le probable effondrement des bûches.

Il posa son menton sur le sommet du bois dans ses bras qui lui bouchait la vue.

« Tom ? » Héla-t-il depuis la cuisine. Ses bras faiblissaient, il allait lâcher les bûches d'un moment à l'autre sur le parquet ciré. Il chancelait, essayant comme il pouvait d'aller vers le salon. « Tom ! » Répéta-t-il.

« Qu'est-ce qu'il y a ? » Demanda le tressé, comme s'il surgissait de nulle part, faisant de ce fait sursauter Bill qui finit par lâcher le bois. Tom secoua la tête dépité. « C'est du joli Bill. »

« Excuse moi si monsieur n'est pas venu quand je l'appelais, » se renfrogna Bill. Il retira sa doudoune qui atterrit sur le fauteuil dans le coin de la pièce avant de lui-même s'étaler sur le grand canapé moelleux sur lequel était déposé une multitude de coussin d'un brun clair.

« Oh, fais pas la tête Bill. » Le tressé ramassa le bois pour le feu de cheminée et le mit dans l'âtre. Le feu commençait doucement à prendre.

« Les radiateurs sont aussi en marche ? » demanda distraitement Bill.

Tom souffla. « Déstresse cinq minutes Bill. On a le temps. »

Bill se redressa sur le sofa. « Je sais, mais j'ai toujours l'impression qu'on va nous appeler et nous dire que c'était une blague ces vacances. »

Le chanteur tortilla ses doigts et regarda la cheminée, à la structure très moderne pour un chalet, émettre des frétillements, faisant jaillirent ci et là quelques petits bouts de cendre.

Le canapé s'affaissa un peu sur la place juste à côté de lui. « On ne nous appellera pas, au pire, on ne répond pas. Tu as besoin de ces deux semaines de repos. »

La main de Tom se posa sur celles emmêlées de son petit frère. Bill sourit, Tom avait totalement raison. Pendant ce laps de temps de quinze jours, Bill allait juste faire le vide, d'absolument tout. Le seul problème était qu'il ne pouvait pas faire le vide dans la partie de son être où Tom y était parfaitement encré.

Et c'est cela qui lui faisait peur.

Il allait devoir oublier cette partie de lui qui réclamait Tom en permanence alors qu'ils seraient juste tous les deux, entourés d'une petite forêt en plein milieu de beaucoup de neige. Ses mains tremblèrent sous celle de Tom. Le pire pour lui, était peut être que Tom ne puisse pas comprendre ce qu'il se passe ; parfois Bill était juste tenté de se laisser aller et lui dire qu'il n'en pouvait plus, qu'il allait suffoquer.

« T'as raison Tomi. » Il se releva brusquement, motivé pour vider ses grosses valises. Il commençait déjà à partir vers les chambres quand il lança, « Au fait, j'ai vu la piscine ! Mais il n'y a pas de jacuzzi. »

Tom s'enfonça dans le canapé, repoussant son épais manteau et ses grosses chaussures sur le parquet.

« La pub n'a pas menti, il doit y avoir un jacuzzi. »

Bill haussa les épaules, il tourna les talons et quitta la pièce.


**


Cela faisait deux jours qu'ils étaient arrivés, Bill tournait en rond dans le chalet. Le jour d'avant, il avait allumé la télé pour s'occuper tandis que Tom trainait dans les environs à faire il ne savait quelle activité. Aujourd'hui, Bill voulait bouger un peu. Et juste le fait de débâchée la piscine n'étais pas une si mauvaise idée.

Il ouvrit la porte vitrée dans la cuisine et s'approcha du bassin. La bâche était métallique et il n'arriverait certainement pas la retirer seul. Si déjà il n'arrivait pas porter du bois. Il soupira et se gratta la nuque se demandant comment Tom ferait.

Cependant, Bill se rendit bien compte qu'il n'était pas Tom et n'arriverait pas à découvrir la piscine. Pourtant il avait très envie d'y piquer une tête, surtout qu'il y avait un plongeoir sur l'un des bords.

« Quelle merde. » Il shoota dans un petit tas de neige avant de retourner à l'intérieur. « Attendons que Tomi rentre. »


**


La nuit tombait plus tôt ici, le soleil commençait déjà à disparaître et Bill était toujours son fichu ordinateur à parler avec David par messagerie instantanée. Il avait mis ses lunettes et revoyait quelques détails avec lui pour un gros concert prévu dans les semaines à venir. Il fallait que tout soit au point et Bill savait que ce n'était pas en passant une quinzaine de jours à rien faire qu'ils avanceraient.

Du coup, il avait allumé son ordinateur portable et avait cherché une connexion internet qu'il pensait inexistante. Cependant, il fut agréablement surpris de constater que ce fabuleux chalet en était doté. Le chanteur s'était alors tout de suite connecter dans l'intention première d'avoir des nouvelles de sa mère, puis il avait abandonné ne la voyant pas se connecter.

A présent, Bill réfléchissait sur la tenue la plus appropriée pour le show.

Il était si concentré qu'il n'entendit et ne sentit pas Tom rentrer avec des gros paquets de nourriture dans les bras qu'il posa sur la table basse du salon, juste sous le nez de Bill.

« Hey, » chuchota-t-il, pour ne pas faire peur à Bill.

Bill releva les yeux de son écran, les lunettes au bout du nez. « Je n't'ai pas entendu rentrer, » sourit-il, retirant définitivement ses lunettes.

Il poussa l'ordinateur de ses genoux pour le mettre juste à côté de la nourriture.

« Ne me dis pas que tu as passé ton après midi sur internet ? »

Bill hocha la tête avec culpabilité. « Je m'ennuyais, » se plaignit-il.

« Et la piscine ? »

« Oh, » Bill pouffa. « Je n'ai pas su la débâcher. »

« T'es un idiot, » dit gentiment Tom, ébouriffant les cheveux doux de Bill. « J'irais le faire après le repas. »

Bill hocha de nouveau la tête, baillant de faim. Il se réinstalla dans le fond du fauteuil et apprécia le froid que dégageait Tom et qui contraster avec la chaleur ambiante voire étouffante de la maisonnette de bois.

« Qu'est-ce que tu faisais sur l'ordi ? »

Bill haussa les épaules. Il se pencha dans l'intention de fermer la fenêtre de conversation pour ne pas que Tom voit mais le tressé fut plus rapide.

« Tu parlais avec Dave ! » Tom attrapa la machine et tapa furieusement sur le clavier. Il ferma brusquement le clapet. « Putain, t'es insupportable Bill ! On avait dit pas de boulot pendant les vacances. »

« Je sais mais - »

« Je vais ranger l'ordi où tu n'le trouveras pas. » Il partit laissant Bill, debout, les bras ballant au milieu du salon.

Le chanteur avait juste voulut passer le temps. Il ne s'était pas attendu à ce que son frère réagisse de la sorte pour une simple conversation avec leur manager. Et puis, il s'ennuyait tellement que penser et ajuster certains détails du concert lui avait permis de passer plus vite le temps.

Il souffla fortement.

Apparemment, il n'arrivait même pas faire juste le vide pour oublier le travail, alors il se disait qu'il n'allait même pas essayer de le faire pour oublier les sentiments qui combattaient en lui. Il secoua la tête, faisant bouger se cheveux. Il ne savait même pas comment il en était arrivé à aimer son frère à ce point, car il fallait l'avouer, Bill aimait Tom plus que de raison, plus qu'un simple frère comme un autre.

Et le fait que Tom lui crie presque dessus, lui avait fait presque mal. Il se sentait comme un enfant à garder auquel on ne peut pas faire confiance et qu'il faut surveiller en permanence.

Il se sentait toujours comme un putain de poids pour son frère et ce depuis un bout de temps.

« Bill, arrête de réfléchir et vient m'aider. »

La voix de Tom le ramena sur terre.

« On mange dans le salon ? » demanda-t-il d'une toute petite voix.

Le tressé apparut, vêtu d'uniquement un jogging et un marcel. Il faisait assez chaud dans la maison pour qu'il puisse se le permettre. « Je connais cette voix Bill. Je ne t'en veux pas, ok ? »

« Oui. »

Tom serra Bill contre lui. Il passa sa main entre les petits et fins cheveux sur la nuque de Bill. « Juste, je n'veux pas que tu sois stressé jusqu'à la fin des vacances. Tu vas te relaxer et penser à autre chose. Ne reste pas dans le chalet enfermé. »

Bill hocha positivement la tête. Il enroula ses bras autour de la taille de Tom, profitant du corps contre le sien. « Tu crois qu'on peut se baigner la nuit ? »

Le tressé esquissa un sourire avant de souffler. « On fait ce qu'on veut Bill, on a pas un seul voisin à moins de cent mètre. » Ses doigts continuaient à câliner Bill.

« Pas faux Tomi. » Il inspira discrètement dans le coup de Tom avant de se détacher de lui. Tom claqua un petit baisé au coin de ses lèvres. « On mange ? » sourit Bill.


**


La neige tombait à gros flocons dans la montagne, Tom avait finalement débâchée le bassin comme il put sous le regard attentif de Bill.

Présentement, Bill était entrain de barboter dans l'eau très chaude et fumante de la piscine tandis qu'une multitude de flocons de neige venaient s'échouer dans l'eau et fondre immédiatement à l'intérieur. Il était adossé à un bord de la piscine, laissant flotter ses jambes. Il les regardait déformé par l'eau.

Il tourna la tête et put voir Tom, se tenir debout et grelottant en dehors de l'eau. Il serrait contre lui deux épais peignoirs douillets qu'il laissa à l'abri sur la terrasse couverte.

« Je t'avais dit qu'on aurait du avancer le toit pour couvrir la piscine, » râla Tom. Il se jeta rapidement dans l'eau qui réchauffa instantanément son corps.

« C'est mignon comme ça, » répondit finalement Bill.

Il voyait Tom l'observer et s'avancer doucement mais surement vers lui. « Peut être, » grimaça Tom, levant les yeux vers le ciel noir. Les jumeaux ne pouvaient même pas apercevoir un bout de Lune.

Tom plongea dans l'eau et Bill leva instinctivement les jambes sachant pertinemment que son crétin de grand frère aller vouloir le couler. Il plongea sa main dans l'eau et tapota le haut du crâne de Tom.

Le tressé ressorti de l'eau, reprenant son souffle. « Pas cool Bill. »

« Méchant Tomi. » Il sourit et agrippa les épaules de son frère. « Imagine que tu me coules et que je m'étouffe en buvant la tasse. »

« C'est impossible, » sourit Tom. Il caressa doucement la joue sèche de Bill avec sa paume de main mouillée.

Il prit appui sur ses pieds au fond de la piscine, agrippa les hanches de Bill et se propulsa en arrière. Bill avait serré plus fort les épaules de son frère tandis que leur deux corps coulaient lentement vers le fond de la piscine. Tom sourit dans l'eau, laissant échapper de grosses bulles de sa bouche. Bill ne le vit pas, il avait les yeux fermés et son corps entier était crispé.

Lorsque Tom les fit ressortir, Bill prit une grande inspiration, il était presque essoufflé.

« Je hais quand tu fais ça Tomi, » dit-il sa voix entrecoupée.

« Je sais, » ricana Tom.

« Humpf... » Bill se décrocha de Tom pour s'éloigner de lui. Il pataugea un peu dans l'eau avant de retourner à sa place initiale afin de profiter tranquillement de la chaleur de l'eau sur chaque membre de son corps.

Juste là, dans cette piscine, il ne pensait à rien d'autre qu'à la friction de sa peau contre le bord et le fond du grand bassin. Il appréciait les molécules d'eau sur son corps entier et se laissa aller, s'immergeant dans l'eau jusqu'à la bouche. Ses yeux se fermèrent automatiquement. Il crut qu'il pouvait presque s'endormir ici. C'était trop confortable.

La neige tombait toujours et Bill sentait la tiédeur des flocons qui atterrissaient parfois sur ses paupières closes.

Tom était à l'autre pôle de la piscine. Ses bras étaient en dehors de l'eau chlorée. Il souriait toujours en regardant son frère se détendre. Il ne voyait plus que le haut de son visage et il le trouvait si attendrissant. C'est comme si son petit frère n'avait jamais grandi et ne subissait pas autant de pression.

Cependant, le tressé ne pouvait pas simplement rester là à contempler Bill pendant des heures.

Il sortit rapidement du bassin, trottina prudemment jusqu'au plongeoir, ses pieds s'enfonçant dans le peu de neige qui survivait à la chaleur se dégageant de la piscine. Il grimpa sur le plongeoir et sauta sans grâce dans la piscine.

Bill reçut une grosse vague d'eau au visage, dont un peu lui était rentré dans le nez.

« Putain ! » Il fit sortir l'eau de ses narines, se mettant debout dans la piscine. « Tu fais chier Tom. »

Il se hissa hors du bassin et immédiatement le froid le paralysa. Il courut jusqu'au peignoir et l'enfila. Peu de temps plus tard il était sous la douche, jurant contre son idiot, crétin, stupide frère. Bill se disait que parfois Tom était vraiment chiant. Un mec parfait, mais chiant quand même.

Quelques coups contre la porte se firent entendre.

« Tu veux quoi Tomi ? »

« Je peux entrer. »

« Si je dis non tu vas entrer par l'autre porte, donc viens. » Bill laissa l'eau brûlante du pommeau de douche tomber sur son corps fatigué. La chaleur l'épuisait.

Il voyait l'ombre de Tom à travers la vitre légèrement floutée.

« Demain tu viens faire du snow avec moi ? »

Bill secoua la tête et leva les yeux au ciel. « Je suis tellement doué que je vais me casser quelque chose. » Il passa du shampoing dans ses cheveux, massant délicatement son cuir chevelu.

« Allez Bill, » supplia Tom. Il ouvrit promptement la porte coulissante de la grande douche. « Tu viendras ? »

« Tom ! Ferme cette porte, » s'écria Bill.

Le guitariste entra dans la douche et ferma la porte derrière lui sous le regard vaincu de son frère.

« Tu m'as dis de fermer la porte, pas de partir. » Il pinça l'épaule de Bill. Son short de bain passa par-dessus la vitre de la douche. « C'est pas comme si je ne te voyais jamais nu Bill. »

Bill haussa les épaules, toujours dos à son frère. Il laissa sa tête se pencher en arrière pour rincer ses cheveux sans avoir une tonne de shampoing dans les yeux. Il essayait de ne pas penser que Tom était probablement nu lui aussi derrière lui, ni qu'il aurait voulu se coller à lui et sentir le corps entier de Tom contre lui. Il se concentra juste à rincer abondamment ses cheveux.

« Tu viendras alors ? »

Il n'arrivait plus se concentrer sur sa masse capillaire. Ses mains faisaient les gestes automatiquement.

Comment, au diable, pouvait-il juste penser à des moments charnels avec son propre frère jumeau ? Il sentait des picotements dans son aine et se dit que ça devenait vraiment pas bon que Tom soit avec lui dans cette cabine de douche.

« Bill, ça va ? »

« Euh, oui oui. Je viendrais. » Il resta stoïque sous le jet d'eau, ne voulant absolument pas se retourner. Il avait un début d'érection et se sentait mal à l'aise de savoir que Tom pouvait la voir. « Tu peux sortir maintenant ? »

« J'y suis, je prends ma douche aussi. » Il poussa Bill pour se mettre à son tour sous le jet d'eau et regarda son petit frère. « Qu'est-ce que t'as Bill ? »

Il avait les yeux brillant et ses joues commençaient à rosir. « Rien du tout. »

« Tu es malade ? C'est la piscine. » Tom attrapa le menton de Bill entre son pouce et son index comme il le faisait souvent.

« Je ne suis pas malade Tomi, » répondit le chanteur. Il détourna le regard, extrêmement gêné car sa virilité s'était encore plus durcie lorsqu'il avait vu le torse bien dessiné de son frère.

Tom tentait de capter le regard de Bill mais sans succès. C'est lorsqu'il voulut l'enlacer qu'il remarqua. Bill geignit et repoussa Tom, se collant contre la paroi froide et carrelée. Il ne voulait pas que Tom voit ça. Bien qu'il ait plusieurs fois pensé à tout lui dire, il ne voulait pas que ça se passe comme ça. Non, il n'avait jamais rien imaginé de tel et c'était si humiliant pour lui.

Il cacha son visage entre ses mains. Il ne pouvait simplement pas regarder Tom et voir que celui-ci aller le rejeter d'une minute à l'autre. Car maintenant ce qui était sûr c'était que le tressé avait très bien comprit ce qu'il se passait dans l'esprit et le c½ur de Bill.

« Bill, » chuchota-t-il doucement. « Billy. »

Bill sanglota une fois. Malgré tout, son érection avait du mal à partir et il se maudissait de ne pas pouvoir la contrôler.

Tom avança imperceptiblement vers Bill, ses doigts frôlèrent les poignets de son petit frère. Il ne voulait pas lui briser le c½ur, ni le rendre triste. A ce moment précis, tandis que Bill pleurait, Tom se sentait juste capable de le consoler.

« P'tit frère, » chuchota-t-il. Il retira une main, puis l'autre du visage larmoyant du chanteur.

Voilà maintenant que Bill se trouvait telle une de ces filles qui pleuraient pour un chagrin d'amour. Il y était. Il se dit que c'était la pire des choses qui pouvait lui arriver, surtout à cet instant précis. Il se sentait mal à l'aise avec sa carrière de chanteur et maintenant il allait l'être avec Tom. Bill avait tout foiré et allait tout perdre.

Il laissa une plainte sortir de sa bouche et celle-ci déchira littéralement le c½ur de Tom.

« Putain Bill. » Il n'attendit pas une seconde de plus et le serra le plus étroitement possible dans ses bras.

Bill tenta de se séparer de lui, il était humilié et honteux ; son pénis tendu cognait contre l'aine de Tom et ça le tuait. « Lâche-moi, » couina-t-il.

« Non. » Tom serra Bill un peu plus fort pour ne pas qu'il lui échappe. L'érection de son petit frère contre lui ne le gênait étonnement pas plus que ça ; certainement parce que c'était Bill. Néanmoins, il ne pouvait pas lui dire qu'il ressentait la même chose. Bill était juste son incroyable petit frère. « Je t'aime Bill. »

Un long frisson parcouru la colonne vertébrale de Bill qui couina un peu plus. Ses doigts s'enfonçaient douloureusement dans les hanches de Tom et son front était collé à son torse musclé.

« Je te jure que ça ne changera rien Tomi, » dit Bill de sa voix cassée par les sanglots qui voulaient en sortir.

Tom coupa l'eau. Il voulait se décoller de Bill juste pour aller prendre des serviettes mais celui-ci ne le lâchait pas. « Bill, je n'fais pas m'enfuir. » Ses mains frictionnaient ses flancs de haut en bas.

Lentement, le chanteur se sépara de lui. Sa tête resta toujours basse, ses cheveux dégoulinant d'eau.

Tom enroula une serviette chaude et duveteuse autour de son frêle corps. « Va dans ma chambre. »

Bill sourit légèrement à Tom.

Il se sentait comme une putain de nana. Il se voyait déjà rougir et glousser comme celles qu'il voyait parfois devant leurs hôtels. Elles étaient toujours émoustillées et glapissaient à chaque apparition de son frère. Bill croyait se transformer en ce genre de fille, les mêmes qui pleuraient pour eux.

Il se dirigea vers la chambre de Tom, lui piqua un de ses boxer, plus large que les siens et épongea ses cheveux avec la serviette.

Définitivement, il n'avait pas grand-chose à voir avec les fans. Lui connaissait Tom, il vivait avec, c'était son frère. Et le dernier point était l'évidence la plus dure à laquelle Bill devait faire face.

« Est-ce que ça va ? »

Bill sursauta et se cacha ridiculement derrière la serviette. Son c½ur battait à tout rompre. Il appréhendait la réaction de Tom. Il avait beau connaître son frère à la perfection, une nouvelle de cette taille devait sans doute lui faire un choc et Bill avait peur qu'après mûre réflexion, le guitariste parte.

Tom attrapa la main de Bill. « C'est ok Bill. »

« Ca ne peut pas être ok Tomi. » Bill secoua la tête, reculant vers le pied du lit. « Tu es mon putain de frère, merde. » Il se laissa tomber sur le matelas et soupira.

« C'est ok. Tant que tu ne sautes pas sur mon sublime corps d'Apollon, » déconna Tom, se frottant le torse en souriant stupidement.

Bill le regardait à travers ses doigts écartés. « C'que t'es con ! » Il se laissa tomber un peu plus, son dos heurtant le matelas à son tour. Il sentait sa virilité se détendre dans le sous vêtement, ainsi que tout son corps.

« Merci de ce charmant compliment p'tit frère, t'aurais pas pu faire mieux. » Il sauta sur le lit, essayant d'agir normalement, même si l'information de Bill craquant pour lui tournait en boucle dans sa tête. Il se racla la gorge. « On dort ? »

Bill rampa jusque dans les draps et se mit à bonne distance de Tom.

« Oh, allez Bill. C'est ok je t'ai dis. »

Le chanteur inspira et se colla timidement à son frère. Son corps entier était tendu, il n'arrivait pas se relaxer normalement. Après tout, rien dans cette situation n'était normal, ses sentiments peut être plus anormaux que tout le reste. Il crispa ses orteils et se retint de rouler à l'autre bout du lit.

Tom lui embrassa le front, faisant une petite pression avec ses lèvres. Il entoura la nuque de Bill avec sa main pour le détendre, comme il avait l'habitude de le faire.

Le tressé tenta de bercer Bill pour qu'il puisse dormir agréablement, il savait qu'il était en manque de sommeil depuis la sortie de leur nouvel album et il ne ferait rien pour l'empêcher d'avoir un bon sommeil, doux et reposant.

Même si Bill se persuadait que rien ne changerait après ça, il allait probablement y avoir un chamboulement dans la relation des jumeaux. Tom se dit que rien ne pourrait le faire fuir. Il ne pouvait pas juste renier son frère pour se sentir... Pour se sentir quoi au juste ? Il ne pouvait pas être rassuré, encore moins soulagé d'avoir son frère loin de lui.

A ces pensées, il rapprocha Bill de lui et le sentit enfin détendu contre son torse. Jamais il ne le laisserait s'échapper.

Cependant, Tom ne savait plus très bien où était sa place, ce qu'il fallait faire dans cette situation, ce qu'il pouvait faire avec Bill. Il n'y avait pas de manuel qui apprenait tout ceci. Et bien qu'il ait été utile, Tom n'était pas en mesure de le créer. Ses doigts allaient et revenaient sur la nuque et le flanc de Bill, qu'il bordait comme un bébé.

Au fur et à mesure, il se laissa tomber dans un sommeil léger, chamboulé par la révélation tacite.



A suivre...

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.163.39.19) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Vie-amours-emmerdes-du14

    19/07/2012

    j'ai vraiment bien aimée cette première partie =)

  • nirvana-angelTH83

    25/02/2010

    ah mais ou quel truffe --'
    je ne me souvenais plu du tout où j'avais lu ça
    du coup j'ai chercher partout pour rien, bref
    j'vais lire la suite ^^

  • x-g3n3r4ti0n-x

    07/02/2010

    Alors là.
    Chapeau que-oiii !

    J'ai vraimment aimé.
    Tout beau tout neuf.

    J'espère que la suite sera
    aussi réussie, & que Tom
    sera toujours le même avec BIll.

    A bientot :)

  • Lignes-de-Mo

    07/02/2010

    Bordel de dieu, oublie tout de suite ce que j'ai écrit dans mon précédent com' !

    JE VEUX LA SUITE DE CET ÉCRIT MAINTENANT!!!!!

    Nom de Dieu. Putain de merde t'es chiante, il est 6:10 du matin, je suis toujours pas couché et là je lis ce... cette... putain de merveille? Et comment ça se fait que je l'ai pas vu avant d'ailleurs!? T'imagines je serais pas passé par là par hasard, je serais jamais tombé dessus???!!! è_é

    * remonte ses manches et fronce les sourcils *

    Il va sérieusement falloir que tu postes la suite rapidement ma petite, parce que là, ça va pas être possible entre nous... Je suis juste in love de ce Bill si franc, sensible, qui garde tout à l'intérieur et puis Tom si tendre avec son petit frère et toute cette histoire qui coule lentement, sans brusquerie, c'est beau, mignon, ça coule de source et waou, j'adore juste trop...

    J'aime le guimauve, j'aime les Bill mignonet-tout-plein-amoureux-transi-perdu-et-effrayé, et là, je suis juste carrément servi...^^

    Donc juste un grand merci, j'espère sincèrement que la suite arrivera rapidement (ou du moins qu'elle est déjà en cours d'écriture?? * cligne des yeux et fait ressortir sa lèvre inférieure * S'il.te.plaiiiiiiiiit....... *_*)

    En te souhaitant cette fois une bonne journée, je te laisse et vais ENFIN me pieuter et rêver des éventuelles possibilités de cette mini fiction (ou TS? je sais plus... O_o)

    A oui et juste avant de partir! La scène de la douche putain... >.<

    Tu . m'a . scotché.

    Merveilleusement bien décrite, et finalement, je crois d'ailleurs que le réalisme de tes scènes est en grande partie dû aux interventions de tes personnages. Leurs paroles, leurs mots sont toujours bien choisis, pas de grand discours barbant ou de dialogue de vingt page, c'est bref, net, court et précis, ça cartonne juste grave de sa grand mère quoi! XD

    BREF!!!!!

    * pars se coucher *

    Bye! ^_^

    Mo.

    PS: RRrrrrooo... J'aime! *___*

  • Unangexficxth

    06/02/2010

    Je n'ai pas lu jusqu'au bout. En fait je commence a en avoir assez de lire du twincest TH. Je veux dire par là les twins sortent ensemble et le groupe existe. je crois que j'en fait une sur-dose.

  • indifference-yaoi

    02/02/2010

    Ouah J''aime *_*
    Leur relation est juste trop mignonne ^^
    Bill obsédé par le travail, un peu gamin sur les bords & un Tom gentil, doux, protecteur & chieur parfois lol
    Le moment dans la douche, oh la la xD Je me doutais que Bill aurait ce genre de réaction. En même temps, ce n'est qu'un homme. Tom ne l'a pas repoussé, non au contraire. C'est bien.
    J'ai hâte de lire la suite :) J'suis impatiente ! x)

    Bisous
    Kay

  • Nichts-Mehr-Geht

    31/01/2010

    Préviens moi pour la suite =)

  • just-you-and-me483

    31/01/2010

    Niaaaaaaaaah j'aime *-*
    En plus tu me fais envie là...leur petites semaines de vacances en montagne dans un chalet....
    je vais faire pareil mais faut que j'attende encore deux semaines moi xD

    Leur relation de jumeaux...est ..parfaite*-*
    J'aime le "T'es mon énorme doudou Tomi" *___*
    Et j'aime l'idée d'un petit frère venant chercher le réconfort chez le grand..
    Ayant besoin de son jumeau comme berceuse et calmant pour s'endormir...

    ça m'a fait rire que t'aies repris le moment du"tu viens boire un café après " ^^
    Je crois qu'aucune de nous n'a loupé ce moment =p

    J'aime ton Bill gamin et impatient :)
    Un petit Bill accro à son job, sa passion, son Tomi et son confort perso...xD
    Un petit chieur en vérité :p

    Sinon la scène de la douche....
    Un Tom doux, tendre compréhensif mais un peu troublé tout de même...
    J'ai hate de voir comment ça va se dérouler =)
    je veux la suiiiiiiiite =D

    Et sinon je continue mon petit os, je suis rassurée en un sens que ça t'aie plu...
    Et je me ferai un plaisir de finir cela pour toi :)

    Sur ce je te fais plein de bisouuuus <3
    bonne nuit...fin moi je vais aller faire dodo là...*veux aussi un grand doudou Tomi moiiii *___________* xD *

  • Remember--Thatx

    30/01/2010

    Ah, c'est juste mignon. J'ai vraiment mal au coeur pour Bill quand même.
    Mais Tom est genre tellement mignon, le grand frère parfait.
    C'est juste ce qu'il faut pour Bill, qui paraît si fragile, même si ça lui fait mal,
    il irait encore plus mal sans son Tomi, je pense.
    c'est tout doux, comme j'aime (l)
    J'veux encore *.*

    Bisous.

    PS : moi aussi je veux un autographe ;-)

  • nirvana-angelTH83

    30/01/2010

    J'ai beaucoup aimé ce que j'ai lu
    c'était plein de tendresse, de douceur
    et de retenue
    c'était très agéable
    combien y aura-t-il de parties???
    kissoux
    Scratounette

Report abuse