Colloque sentimentale - chapitre 4

.:.

Je suis amoureux
Colloque sentimentale



« Poupée, » Bill grogna à l'appellation féminine. « On se revoit quand ? »

« Je ne suis pas une fille, » dit Bill entre ses dents, alors qu'il enleva le haut parleur de son téléphone et le colla à son oreille.

« Tu es ma poupée. » Il était presque certain que Bushido souriait, il sourit aussi.

« Je suis seul aujourd'hui. »

**

Bill alla ouvrir la porte d'entrée. Il s'était préparé il y a quelques heures lorsque Bushido l'avait appelé. C'était l'après-midi, Tom avait encore ses cours à la fac et ses parents travaillaient. Bushido et lui pourrait être seuls et s'amuser autant qu'ils voulaient. Enfin, jusqu'à ce que Tom ne rentre.

Bushido se baissa un peu et embrassa Bill sur le pallier de la porte. Il sortit sa langue et Bill se repoussa avec la sienne. Ils souriaient stupidement.

« On joue à quoi aujourd'hui ? » demanda Bushido, serrant la fesse de Bill dans sa main.

Bill referma la porte et soupira. Il ne savait pas. C'est ce qu'il voulait faire croire. « Je n'y ai pas réfléchi. »

Ils commençaient à monter les escaliers, direction la chambre de Bill, qui pour l'occasion avait tout enfouit sous le lit. La porte grinça quand les deux jeunes hommes entrèrent.

Bushido claqua la porte derrière lui et se jeta presque sur Bill, l'embrassant. Il empoigna ses cuisses et le souleva. Le dos de Bill cogna contre la porte. Il gémit de douleur et de plaisir. Une des mains de Bushido frottait durement le sexe de Bill.

« Suis-je une fille ? »

Bushido mordit le cou de Bill et passa sa main sur ses fesses. « Peut être. » Il se décolla de Bill et recula jusqu'au lit. Il s'assit, retirant son t-shirt et sa casquette tomba au sol. « Prouve-moi le contraire. »

Bill leva un sourcil. « Tu veux- »

« Tu le sais, » sourit coquinement Bushido, se mordant la lèvre.

Dois-je ? Cette question tournait dans la tête de Bill. Peut importe.

Il se dandina, lentement. Ses mains se baladaient doucement sur son torse alors qu'il avançait un peu vers le lit. « Ça ? » Bushido acquiesça, sourire en coin.

Bill passa sa main sous son t-shirt, se caressant ses abdos, ses tétons. Tout y passait, il les pinça et gémit. Ses cheveux retombaient sur son dos, il ferma les yeux et lécha ses lèvres.

L'excitation de Bushido grandissait vraiment. Sa main était pressée contre sa queue à travers son épais jean. « Plus vite, » ordonna-t-il.

Le plus jeune passa son haut par-dessus la tête et l'envoya sur Bushido qui grogna avant de le jeter plus loin. Bill défit la boucle de sa ceinture, la retira sans douceur et la fit claquer sur sa cuisse. Ça ne faisait pas mal, c'était juste bruyant. « Tu aimes ce jeu ? » Il se rapprocha encore de Bushido et s'assit sur ses genoux, donnant un petit coup de rein.

« Oh ouais, » lâcha Bushido alors qu'il caressait le torse nu de Bill, ses doigts retraçant son grand tatouage sur son flanc.

« Attends un peu, » Bill se releva et recula. « Je mouille. » Il déboutonna son pantalon et le fit tomber dans des mouvements de jambes. « Je suis humide, » il prit le main de Bushido. « Là. »

Son érection était dure, chaude, sous les gros doigts de Bushido. « Est-ce que tu mouilles pour moi ? » Il lécha sous le nombril de Bill.

« Oui, » souffla Bill. Il se replaça sur les genoux de Bushido. « Tu m'excites, » chuchota-t-il dans son oreille, mordant son lobe et le suçant.

« Putain, » Bushido attrapa le visage de Bill et enfonça sa langue dans sa bouche. « Je vais te baiser comme jamais tu ne l'as été, poupée. »

Bill passa sa langue sur les lèvres de Bushido. Il se mit debout. « Tu attendras un peu encore. »

« Je ne veux pas attendre, » Bushido devenait rouge, il voulait s'enfoncer dans le trou de Bill.

Bill secoua sa tête. « Tu le pourras, vraiment. » Il passa un doigt sous l'élastique de son boxer, il se descendit un peu. Juste à la limite de son sexe. Il passa le doigt sur sa verge. Il gémit. Son sexe était dur sous son doigt, il fallait qu'il se branle.

« Ne fais pas ça poupée. »

« Sinon quoi ? » Bill se prit en main. Bushido voyait nettement les mouvements de Bill sous son sous-vêtement.

Bushido se mordit la lèvre en fixant l'entrejambe de Bill. « Je te baiserais comme une salope. »

« Tu es vilain, » Il lâcha sa queue. « Tu préfères ici ? » Il baissa l'arrière de son boxer, se tournant face à Bushido. Il passa un doigt dans sa raie et vit Bushido blêmir.

Bill en conclut qu'il aimait cette idée. Il se mit un quatre pâtes, le cul tendu vers Bushido et enfonça son index dans son anus. Bushido le voyait s'enfoncer dans la chair de Bill, dans son cul parfait. Bill en ajouta encore un. Il se cambra et toucha sa prostate. Il hurla de plaisir.

« Est-ce que tu mouille quand tu fais ça ? » Interrogea Bushido, les yeux rivés sur le cul de Bill. Bill gémit affirmativement à sa question et enfonça un doigt de plus. « Je veux te goûter. »

Il tomba à genoux derrière Bill. Il le retourna. Bill se laissait faire, c'est tout ce qu'il attendait.

« T'es bandante poupée. »

« Je sais, » bill passa sa main sous le jean de Bushido, tâtant sa bite. « Enlève ce pantalon. »

Bushido le fit, il retira son boxer. Il était beaucoup trop étroit pour son imposant pénis. « Je vais enfoncer ma queue dans ta chatte, » il lécha un téton de Bill. « Tu la veux ? »

« En moi, ouais. »

Bushido lécha Bill, plus bas. Sous l'élastique du boxer, il sentait la chaleur que dégageait le sexe de Bill. Il abaissa le tissu et le vira. « Ta mouille est bonne ? »

« Essaye. » Bill releva les hanches et son sexe cogna contre le menton de Bushido.

Bushido attrapa son sexe et le fit caresser sa joue. Il passa le gland de Bill sur le bout de ses lèvres, sa langue lécha la petite fente. Il réitéra se geste à plusieurs reprises.

Bill allait devenir fou. Il poussa son sexe dans la bouche de Bushido. « Suce-moi. »

Bushido le fit sortir de sa bouche. « Tu es une fille, je te lèche poupée. » Et il joua avec sa langue sur la queue de Bill. Il le lapait de haut en bas, ses doigts titillant son entrée. Bill avait bon goût, meilleur que toutes les minettes qu'il avait léché avant.

« Baises moi, » dit Bill. Il bougea, se dégageant de l'emprise de Bushido. Il s'installa à quatre pâtes sur le lit.

Bushido se léchait les lèvres, elles avaient la saveur de Bill. Il l'observait les yeux noirs de désir. « Une levrette ? Je te croyais plus sage. »

« Tais-toi et vient, putain, » jura Bill.

Bushido n'attendit pas. Il se plaça derrière Bill. Il attrapa son sexe et mit la tête face au trou.

Mais c'était plus fort que lui. Il fallait qu'il goûte encore. Il se pencha et enfonça sa langue dans la cul de Bill et plis comme il put sa langue.

« Oh, merde, » se surprit à dire Bill. Il laissa tomber sa tête sur le matelas. Les oreillers étaient trop loin.

« Maintenant, tu es prête. » Il lécha une dernière fois le cul de Bill, faisant de rapides mouvements de langue, de haut en bas, sur tout le long de la raie.

Bushido se redressa. Il fallait qu'il s'enfonce maintenant en Bill. Il poussa la tête de son sexe dans l'entrée de Bill.

« Argh... » Gémit douloureusement Bill. « Lubrifiant ! »

« Tant pis, » Bushido ne se sentait pas de retirer son pénis de Bill. Il ne pouvait pas. C'était plus fort que lui, tellement plus fort.

« Tu vas me déchirer. »

« Ne t'en fais pas poupée, tu mouilles assez. » Il caressa le dos de Bill et embrassa sa nuque. Bill se détendit un peu.

Bushido poussa et se retrouva emprisonné dans la chaleur de Bill. Il n'accéléra pas, il attendit un peu. Bill soufflait. Son anus le brûlait et Bushido était vraiment gros en lui. Mais il sentait le sexe de Bushido frôler sa prostate, il en voulait un peu. Peut être.

Il avança ses hanches et donna un léger coup de rein. Bushido prit le relais. Il attrapa les hanches de Bill et les serra dans ses mains. Il resta lent un petit moment, jusqu'à ce qu'il ne puisse plus se retenir. Alors, il s'enfonçait dans le frêle corps de Bill, toujours plus durement, plus sauvagement, embrassant les endroits qu'il pouvait atteindre du corps de Bill.

« Putain Bill, » gémit-il. « Tu me rends fou... »

Bill soupirait sous lui, criait quand il frappait de plein fouet son point sensible. « Tu es fou Bushido. »

Bushido accéléra encore le mouvement, il adorait cette vision qu'il avait de Bill, soumis. Cependant, il voulait autre chose. Il sortit. Bill attendait qu'il revienne, mais non. « Mets toi sur le dos, s'il te plait. »

Bill fit ce que Bushido demanda, sans comprendre. Bushido le regardait différemment. « Que fais-tu ? Ce n'est pas fini. »

« Chut, » Bushido posa un doigt sur la bouche de Bill et posa ses lèvres par-dessus son doigt.

Il écarta les jambes de Bill et le pénétra, doucement. Tout changer, non ?

Bill pouvait alors voir le visage de Bushido. Il pouvait croire que l'homme sur lui était vraiment amoureux. Est-ce qu'il l'était ?

Bushido retira son doigt et embrassa Bill comme il ne l'avait jamais fait. C'était passionné, plein de désir. Il était devenu doux, c'était un contraste. Bushido pouvait être paradoxal.

Ils gémirent lorsque Bushido frappa la prostate de Bill et que celui-ci serra ses muscles autour de la queue en lui. « Refais ça. »

« Ça ? » Bill contracta ses muscles. Bushido ferma les yeux et cria. Oui, ça.

Il continuait. Il serrait fortement, le plus possible, la queue de Bushido en lui. Bill sentit Bushido venir en lui en premier. Le liquide coula vers l'arrière de son cul. Bushido éjaculait toujours. Bill aimait ça, Bushido poussa fort en lui. En plein dans la prostate du jeune homme et il se vida de son sperme sur le ventre de Bushido.

« Ben merde, » s'étonna Bushido. « Tu es pire que bonne poupée. »

Il se laissa tomber à côté de Bill, épuisé. Bill se pelotonna contre Bushido. Il passa un bras autour su corps nu de Bill. « Tu m'embrasse ? »

Bushido embrassa le plus tendrement possible son androgyne. Parce qu'il le considéré comme sa propriété. Leurs langues se caressaient dans une lente valse que Bill justifiait par la fatigue qu'ils avaient. Il laissa tomba sa tête sur l'oreiller, Bushido posa son visage sur le torse de Bill.

Bill lui caressait les cheveux. « Je suis amoureux. »

Bushido releva la tête, stupéfait. « Réellement ? »

Bill rougit et Bushido sourit. « Je suis fou amoureux de toi Bill. Tu me fais craquer. »

« Une sieste ? » Bushido sourit, il savait que Bill évité le sujet, Qu'il était gêné. Il se réinstalla et se laissa papouiller par Bill.

**

Tom rentra enfin chez lui. Il balança ses grosses baskets un peu plus loin et fit glisser son sac à dos sur le carrelage de l'entrée.

Il faisait si chaud dehors qu'il transpirait sous son bandana qu'il retira. Le soleil tapait vraiment en cette fin de mois de juin.

Il attrapa un soda dans le frigo et le but rapidement. Il en prit un autre, peut être que son jumeau en voudrait un.

Il grimpa à l'étage, le parquet craquait sous ses pas. Ses pieds laissaient des traces humides sur le bois, il avait si chaud.

La porte de bill était étrangement close. Son frère n'aimait pas s'enfermé lorsqu'il était seul, à moins qu'il dorme. Sa plus grande activité. Il ouvrit la porte.

Son sang ne fit qu'un tour, il bouillonnait. Il envoya valser la canette de soda qui s'éclata contre le mur d'en face et cria. « Enfoiré ! Sale petite merde de Bushido ! »

Les deux endormis se réveillèrent en sursaut. Bill ne se souciait pas de sa nudité présentement, alors que son jumeau mettait Bushido dénudé à terre.

« Tom ! Tom arrête, » Bill commençait à se rendre compte de la situation. Son frère était capable de tuer Bushido s'il le pouvait. Et il le pouvait.

« Putain non ! » Tom était hors de Lui, il tentait de donner des coups dans le corps de Bushido, mais celui-ci avait de bon reflex et emprisonna ses mains dans ses poings et les pieds de Tom entre ses jambes.

« Lâche-le bordel ! » cria Bill, il était sur le point de pleurer. Qu'avait-il fait ? Sans doute une énorme erreur aux yeux de Tom.

Bill se leva et tira son frère par l'arrière, il l'enlaça, ça avait le don de le calmer. Pas cette fois. Tom était trop en colère.

« Tu es jaloux ? » Lança Bushido, provoquant Tom.

Tom envoya son pied dans le ventre de Bushido et partit comme une furie de la chambre.

« T'es qu'un con Bushido ! »

« Désolé, » il semblait pitoyable.

Bill grimaça. « Tu ne m'aime pas vraiment ? » murmura-t-il, baissant les yeux.

Bushido combattit la douleur lancinante dans son estomac. Il se redressa, tirant le drap du lit pour se couvrir. Il soupira. « Tu ne me croiras donc jamais ? »

« Je ne sais pas si je peux. Tu mens tellement, » Bill voulait avoir la vérité, pour une fois.

« Ok, je vais te dire. » Bushido s'assit sur le lit, gémissant à la douleur de son ventre. « Au début, je voulais simplement te baiser, c'est vrai. Et puis j'ai appris à te connaître Bill, je sais comment tu es. Je peux prévoir le moindre de tes gestes, c'est fou. »

« Seul Tom peut le faire avec précision, » rétorqua Bill. Il ne voulait pas que quelqu'un d'autre que son jumeau puisse lire en lui.

« Et pourtant. Je t'aime Bill. Je t'aime réellement, je suis amoureux de toi. »

Une foule de sentiments combattaient à l'intérieur de Bill. Il ne savait plus quoi faire. « Pars. »

« Quoi ? »

« Tu as très bien compris, » Bill se leva. « Quand je reviendrais, tu ne seras plus là. »

Bushido resta abasourdi face à la réaction de Bill. Quel idiot !


Bill se dirigea vers la chambre de son frère. Il sentait minable.

Et Tom savait qu'il reviendrait vers lui. C'était le moment, aujourd'hui.

« Entre, » la voix de Tom était nouée, éraillée. « Ferme la porte, » dit-il fermement.

Bill était vraiment honteux, c'était rare que son jumeau lui parle ainsi. Excepté lorsqu'ils allaient se disputer. Bill ne voulait pas. Inévitable.

Tom se tourna vers Bill, il l'observa de haut en bas. Il était vulnérable et nu. Il lui balança un de ses t-shirt qui trainait. Bill l'enfila. « Tu es un putain d'idiot Bill. »

Son jumeau baissa la tête. « Je croyais que- »

« Que quoi ? » Coupa Tom. « Que cette ordure ne profiterait pas de toi ? Qu'il t'aimait ? Mais merde, est-ce que tu m'as écouté une seconde ? »

Bill tomba à genoux, misérablement. Il était secoué de spasme. « Je voulais aussi. Ça fait mal Tomi. »

Le c½ur de Tom se serra. Mais il ne cèderait pas maintenant, il fallait que Bill comprenne. « Tu l'as vraiment cru, n'est-ce pas ? » Bill hocha la tête. « As-tu pensé à ce qui se passerait lorsqu'il aurait eu ce qu'il voulait ? »

Bill secoua négativement la tête. Il s'écroula au sol, mollement. Il pleurait médiocrement.

« Ne pleure pas Bill. Tu le savais tout ça, n'est-ce pas ? » Tom s'assit sur le parquet et frotta le dos de Bill. « Regarde-moi. »

Bill releva la tête, et articula. « Ne me déteste pas Tomi. Je t'aime si fort. »

Tom ne pouvait plus résister. Il passa ses doigts sous les yeux de Bill et effaça ses larmes. Il posa ses lèvres sur celles de Bill.

Son petit frère s'accrocha fort à lui. Tom le serrait étroitement contre lui. « Tu es un putain d'idiot Bill. Je t'avais prévenu bordel. »

« Je sais. Je ne le verrais plus. »

Tom porta son frère jusque dans son lit et ils se couchèrent. Il câlina son petit frère, calmant sa douleur, du moins ce qu'il pouvait.

Il était éc½uré par Bushido. Peiné pour son frère. Mais en aucun cas il n'éprouvait de la pitié ou de la compassion. Ce n'était pas dans son caractère.

« Je t'aime Bill, bien plus que cette ordure. » Il embrassa ses cheveux.

« Je sais, » souffla Bill. Il pensait qu'il était temps. Le temps d'envoyer Bushido se faire foutre. Ils avaient prit du bon temps. Maintenant Bill voulait simplement le dégoûter.

Il était résolu. Là, contre Tom. Son grand frère bien trop protecteur, qu'il aimait bien trop comparé à un guignol tel que Bushido.


A suivre...


Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.198.103.13) if someone makes a complaint.

Comments :

  • Rassemblement-TH-Metz

    22/11/2009

    Salut !!
    Le Samedi 16 janvier aura lieu un -rassemblement des fans de TH sur Metz !!
    Si té intéressés passe voir le blog !

    " Rassemblement-th-metz.sky "

  • annuaire-pour-vos-fics

    13/11/2009

    Article poignant! J'ai aimé le lire.
    Il est cru mais bien écrit. J'aime ça.

    C'est rare que des fics autre que le couple Tom/Bill puissent me plaire autant, c'est arrivé,mais ca reste peu souvent.
    Toi tu as réussi à me captivé dans cette histoire. Il se fait tard et je dois allez me coucher.
    Demain dans la journée je ne pense pas pouvoir la lire,car je suis occupée.
    Mais je vais essayer de reprendre ma tâche dès demain soir.

    J'y tiens.

    Bisous!

  • x-g3n3r4ti0n-x

    19/08/2009

    Merci :)

    J'ai une question qui me turlupine.
    Tu es une fan du groupe , ou plus?

  • x-g3n3r4ti0n-x

    18/08/2009

    Purée mais quel andouille Tom!
    Si il est sicére Bushido, Bill va comettre
    une grosse conneire! Mon dieu :O

  • X-musique-yaoi-moi-X

    25/07/2009

    Tom est mignon, mais trop jaloux, sa se voit trop xD
    Mais Bushido aime-t'il vraiment Bill?
    Si oui, Tom va devoir ce pousser un peu xD

  • celebrityskin-tori

    23/02/2009

    j'avoue je ne capte pas
    Bu lui avoue son amour et lui ils e barre pour obéeir à Tom
    C'est quoi ça ???

    Tu peux m'expliquer ?
    Merki

  • XIch-lii3b3-r0cK

    19/02/2009

    Il est parti tout seul, le nul !

    Je disais, bientôt la fin !
    Et j'allais conclure avec un bisou !
    <3.

  • XIch-lii3b3-r0cK

    19/02/2009

    Bill est vraiment complexe comme personnage. Il s'est pas vraiment ce qu'il veut !
    J'ai pas vraiment compris ça réaction face à Bushido, certes il peut penser qu'il se fout de lui mais bon,
    ça il devait s'en douter depuis le début quand même.
    Et Bushido, en faite, on sait pas trop s'il est sincère ou non !!

    Bientôt l

  • nirvana-angel83

    18/02/2009

    kikou jsè pa si tu prévien, mé si tu le fai j'aimerai bien faire parti de ta liste
    merci, bizou

  • x-indeleBill-Toxiic

    17/02/2009

    Uh *-* bien sûr que j'adore ! quelle question xD ** sors vite de sous ta couette ^^ ** non en plus,tu écris vraiment bien ! franchement,j'adore ce couple *-*
    mais j'ai rien compris là ...pourquoi Bill a dégagé Bushido comme ça ??? il n'avait pourtant rien fait de mal,où c'est moi qu'était à coté d'la plaque ^o/

Report abuse