Colloque sentimentale - Chapitre 2

.:.

Je suis amoureux
Colloque sentimentale



Tom finissait une partition, il n'était pas fier du résultat, mais ça ferait l'affaire. Son prof lui avait demandé de composer une mélodie pour le prochain cours. Il n'avait pas vraiment l'esprit à ça, mais il fallait qu'il s'occupe s'il ne voulait pas que sa tête explose. Il repensait à Bill et ce connard qui lui courait après, aux yeux de Tom, ce n'était qu'un profiteur. Il connaissait ce genre de mec, lui-même fonctionnait de la même façon. Et ça le dérangeait vraiment qu'un autre homme joue de cette façon avec son précieux petit frère qui ne voyait rien.

La boule de papier vola à travers la pièce et cogna contre le mur. Elle roula à côté de la poubelle. Tom grogna de mécontentement. Il ne savait plus quoi faire pour ouvrir les yeux de Bill.

Depuis cette soirée, il y a quelques semaines, il avait tout essayé pour faire comprendre à son frère que ce mec n'était pas normal, qu'il voulait simplement profiter de son corps. Mais bien sûr, Bill prenait ça pour de la jalousie et souriait gentiment à Tom.

Il était exaspérant...

**

Bill était assis sur un banc dans la cour du lycée, et écoutait sa musique en balançant ses jambes dans le vide et bougeant légèrement la tête. Il observait le ciel bleu et un doux vent d'été caressait son visage et faisait virevolter ses cheveux qui chatouillaient son nez.

Il éternua.

« A tes souhaits. » Bushido s'assit à ses côtés et retira un écouteur de l'oreille de Bill. « Tu n'as pas d'examen aujourd'hui ? »

« Demain sera mon dernier jour. » Il souffla de soulagement et ses jambes tressautaient indomptablement, faisant trembler le banc.

Bushido posa sa main sur une des cuisses de Bill. « Arrête ça, c'est stressant. »

Bill s'arrêta quelques secondes avant de reprendre ses mouvements. Bushido abandonna, il savait Bill têtu et désobéissant. Il adorait ça !

« Tu te rappelles ce que tu m'avais dis que tu ferais pour moi après ton bac ? » Sourit Bushido.

L'adolescent aux longs cheveux corbeaux semblait réfléchir un instant avant de se souvenir.

Il sortait d'un cours de philosophie lorsqu'il se fit bloquer dans un coin du couloir. Bushido avait voulu l'embrasser mais Bill l'avait repoussé et lui avait promis qu'après le bac, il pourrait y goûter, s'il était sage bien entendu.

« Je me souviens, » fit Bill, l'esprit ailleurs.

« Tu me l'as promis, tu me le dois. » Bushido caressa sa cuisse, et remonta un peu trop haut au goût de Bill qui balaya la main intruse de la sienne, que Bushido captura.

« Si tu me trouves à la fin des examens. »

« Je te connais, tu vas faire exprès de me fuir. »

Bill eut un petit rire gêné et affirma de la tête. Il ne pouvait pas lui cacher. Le séducteur avait un pouvoir hypnotique sur l'androgyne. D'ailleurs, Bill ne pouvait regarder Bushido droit dans les yeux plus de quelques secondes, ça lui était vraiment dur. Il n'arrivait pas soutenir son regard noir et profond, dans lequel il pouvait y lire les sentiments que Bushido éprouvaient pour lui : le désir et une pointe d'amour passionnel, ou bien était-ce son imagination qui voyait la seconde chose. Il préférait ne pas y penser.

Pour le moment, il fallait qu'il en revienne au sujet principal...

« Si tu ne m'attrapes pas, tu n'auras rien. » Bill fit sa moue malicieuse. « A toi de jouer. » Il claqua sa main sur la jambe de Bushido et se leva, arrangeant ses oreillettes, avant de partir vers le self.

Vraiment, ce Bill était un petit coquin. Bushido était persuader que Bill en avait tout autant envie que lui, et il était convaincu qu'il pourrait l'avoir à son propre jeu. Après tout, c'est lui qui avait décidé des règles, c'était lui le séducteur dans l'histoire. Non l'inverse.

Il allait obtenir ce qu'il voulait, mais en attendant il devait jouer au chat et à la souris. Ce jeu l'excitait assez.

La sonnerie retentit, il devait retourner à ses révisions. Bill ne perdait rien pour attendre, il se le promettait.

**

Bill marchait tranquillement sur le trottoir, shootant dans des cailloux et sifflotant les chansons qui défilaient dans ses oreilles. Il n'entendait même pas le bruit des moteurs des voitures qui passaient à un mètre de lui. Il fixait le bitume gris qui défilait, ou encore les arbres qui dansaient. Il y avait une douce brise qui le rafraîchissait, c'était agréable. Le soleil cognait contre sa peau, il aimait ça. Il avait l'impression que les rayons le caressaient et ça le détendait.

Une voiture ralentit à ses côtés, mais Bill ne la vit pas. Il était dans une petite ruelle éclairée, et l'auto klaxonna deux coups.

Bill sursauta et retira vivement ses écouteurs.

« Hey poupée, je te raccompagne ! »

Bill leva les yeux au ciel. « Je suis presque arrivé, merci. » La voiture continuait d'avancer au ralentit à côté de lui. « Bushido, ne reste pas là ! »

« J'admire la vu, » répondit-il en levant ses sourcils et replaçant ses lunettes de soleil convenablement sur son nez.

« Il n'y a rien à voir ici, » Bill balança son sac à bandoulière sur ses fesses.

« Pourtant tu as un cul de fou ! »

« Et si tu me ramenais à la place de dire des conneries ? »

Bushido s'arrêta et ouvrit la portière du côté passager par l'intérieur de la voiture. Bill pensait que c'était un garçon vraiment galant... Il klaxonnait et ensuite ouvrait la porte négligemment. C'est ainsi qu'il comptait séduire Bill ? Enfin...

Bill grimpa dans l'auto et claqua la portière. « Tu sais que je t'ai eu ? » Demanda Bushido.

« Ce n'est pas encore finit. Et arrête de m'épier à chaque fois que tu me croise. » Bill fixait l'horizon et se demandait si Bushido allait se décider à démarrait ou non.

« Je n'y peux rien, tu es si attirant. » Il appuya sur la pédale d'accélérateur et lâcha l'embrayage.

Le trajet se fit en silence, Bushido chantait juste quelques chansons qui passaient à la radio, mais sans plus. Quelques courtes minutes plus tard, ils se trouvèrent devant l'allée de la grande maison de Bill.

« Merci, » Il était près à ouvrir la porte quand Bushido le retint.

« Embrasse-moi, » demanda Bushido fermant les yeux et tendant les lèvres.

Bill hésita un instant et se dit qu'il pouvait bien céder, rien qu'une fois. Il déposa ses lèvres sur celles de Bushido et effectua une petite pression avant de se retirer. Bushido était surpris, il n'en revenait pas que Bill l'ait fait, il rit presque et frotta ses yeux.

L'androgyne l'observa un instant avant de s'enfuir de la voiture. Il ne voulait pas en donner trop à Bushido, et s'il restait, il devait lui accorder.

« Je t'ai presque eu, Bill Kaulitz. »

Et il repartit.

Bill appuya sur la poignée de la porte d'entrée, à peine fut-il à l'intérieur que Tom lui criait dessus.

« Tu l'as embrassé Bill, tu t'es laissé avoir par ce type ! » Tom faisait les cents pas devant lui et le grattait la nuque. « Est-ce que tu as écouté ce que je t'ai dit depuis que je l'ai rencontré ? Non bien sûr. »

Bill en avait assez, il planta Tom dans l'entrée et monta les escaliers à toute vitesse. Il ne voulait plus le voir ni l'entendre dire quoique ce soit d'autre sur Bushido. Oui, il l'aimait bien, ce n'était pas pour autant son grand amour. Il ne s'imaginait même pas sortir avec. Et puis Tom l'insupportait. Pourquoi s'acharnait-il ainsi ?

Il claqua sa porte et ce fut au même moment que Tom se tut.

Bill retira son sac pesant et ses baskets qu'il laissa cogner contre le mur. Il se laissa tomber sur son lit et évacua un peu de sa colère. Des larmes de rages débordèrent de ses yeux. Il ne savait plus quoi faire, pourtant c'était si simple. Il voulait simplement profiter. Tom était trop protecteur parfois.

« Bill, est-ce que je peux entrer ? » Le ton de Tom s'était radouci. Son c½ur se serra quand il entendit la réponse négative de Bill et sa voix nouée. Il le connaissait parfaitement bien pour être certain que Bill pleurait.

Le blond ouvrit lentement la porte et retrouva Bill qui sanglotait doucement dans son lit, le visage caché dans l'oreiller.

Tom s'assit sur le lit et frotta affectueusement le dos de Bill.

« Laisse-moi tranquille Tomi. »

« Je suis désolé, je ne voulais pas crier. » Tom souffla, il n'aimait pas voir son frère triste par sa faute. Il savait qu'il s'imposait un peu trop dans sa vie sentimentale, mais il ne pouvait pas s'en empêcher. « C'est juste que, tu sais que je ne l'aime pas. »

Bill se redressa et hocha la tête. « Je ne veux pas que tu me détestes pour ce que je fais, » lâcha-t-il dans un murmure.

« Jamais Bill, je t'aime bien trop pour ça. » Il attrapa son frère par les épaules et le colla contre son torse. Il fallait qu'il sente le c½ur de Bill battre au même rythme contre le sien. Ça le rassurait et ça lui prouvait que Bill serait toujours à lui, son petit frère.

Ils s'embrassèrent furtivement, comme ils en avaient l'habitude, et s'allongèrent sur le lit.

« Demain soir je vais à une fête chez Andy, tu viens avec moi ? » Demanda Bill, essuyant le maquillage qui avait coulé.

« J'ai ce fichu expo à finir, je n'aurais pas le temps. »

« Oh, » fit Bill, visiblement déçu. « Alors tu dors avec moi cette nuit, hein Tomi ? »

Tom fit mine d'hésiter et accepta. Après tout, il passait ses meilleures nuits en dormant avec Bill. C'était un cocon réconfortant et appréciable.

**

« Est-ce que tu viens te coucher Tomi ? » bailla Bill de sous sa couette.

« Je finis cette partie et je te rejoins, » Tom tirait la langue, de façon très concentré. Il n'avait jamais réussi cette course et comptait bien la réussir maintenant.

Bill souffla fortement et Tom comprit qu'il ferait mieux d'éteindre la console. Il passa par la salle de bain pour faire une petite toilette et sauta dans le lit de Bill, serpentant sous la fine couette. Il éteignit la lumière et étreignit Bill.

« Comment ce sont passés tes examens ? »

« On en parlera demain, d'accord. Je suis fatigué ce soir, » souffla Bill contre le torse nu de Tom.

« D'accord, » dit gentiment le blond, passant ses mains le long du dos de Bill, massant parfois sa nuque. Il savait que ça avait le don de déstresser Bill, il lui provoquait même des petits frissons qu'il s'amusait à voir apparaître et disparaître sous ses passages.

Il bâilla à son tour et ferma les yeux. « Bonne nuit petit frère, » il pressa ses lèvres contre le front de Bill et resta ainsi, inspirant l'odeur du shampoing fruité et sucré de Bill.

« Bonne nuit Tomi, » articula difficilement Bill.

Tom laissa Bill s'endormir tranquillement, blottit dans ses bras. Ici, Tom était sûr que rien n'arriverait à Bill et que Bushido ne poserait pas un doigt sur lui. Et ça rassurait Tom. Il se détestait de ne pas donner une bonne leçon à ce type et de lui dire de laisser Bill tranquille, mais lorsqu'il voyait le regard envieux de son frère quand il parlait de ce que Bushido pouvait dire ou faire, il se dit qu'il n'avait pas le droit d'interdire à son petit frère d'avoir une petite aventure.

Il était malgré tout, certain que Bill en sortirait plus mature et qu'il ne referait plus l'erreur de se laisser séduire par un crétin avide de luxure. Tom posa son menton sur le haut du crâne de Bill et le serra étroitement contre lui. Bill couina un peu et se tortilla avant de sourire inconsciemment. Il l'aimait plus que de raison son petit frère.

Mais, il était évident que pour le moment, Bill avait d'autre préoccupation, entre autre un certain Bushido. Tom soupira une fois de plus et se força de ne plus penser à cet idiot qui manipulait son frère.

Il allait surement devoir l'épauler, après sa futur, mais proche, bêtise.

**

La musique résonnait jusqu'à l'autre bout de la rue. Quelques chats se sauvaient en courant et les voisins semblaient avoir déserté le boulevard. Il faisait encore jour, le soleil commençait seulement à se coucher. Bill était nerveux, il triturait la couture de ses poches. Andreas lui avait dit qu'il avait invité toute la classe et ceci signifiait également Georg qui n'avait pas hésité un instant à convier Bushido à cette petite soirée en comité restreint, qui s'était vite, très vite agrandi.

Le talon des santiags de Bill cognaient sur le béton de la route. Il adorait ses chaussures, mais il se sentait bien trop bruyant dans ce calme perturbé par cet unique fond de musique techno. Il avait l'impression que Bushido allait sortir de nulle part et l'emporter dans une ruelle. Il secoua la tête, Bushido le respectait bien trop pour cela, il n'oserait jamais. Ce qui ne l'empêchait pas d'avoir des idées comme celle-ci à l'esprit.

Il s'engagea dans l'allée de la maison d'Andy et sonna. Ce qui ne servit à rien. Il ouvrit la porte et se croyait revivre un film américain où les jeunes se bécotent dans tous les coins de la maison. Deux étaient étalés sur les escaliers et s'embrassaient avidement, tandis qu'un autre couple était coincé dans un coin sombre, et dieu seul sait ce qu'il faisait. Bill ne voulait pas en voir plus, c'était gênant d'épier les jeunes de cette façon, même s'il aurait aimé être à la place d'un de ces jeunes adolescent profiteur de la vie. Il se sentit d'un coup stressé. Il se demandait ce qui l'attendait au cours de cette soirée, et la simple idée qu'il puisse arriver à ses fins le fit frissonner.

« Oh Bill, tu es enfin là ! »

Bill sourit et se tourna vers Andreas qui paraissait débordé avec toutes ses bouteilles vides dans les bras.

« Tu veux un peu d'aide ? »

Andy sourit et acquiesça avant de tendre les bouteilles à Bill et de repartir en criant vers la cuisine. « Sam attention au vase ! Bordel, m'man va m'étriper... » Balbutia-t-il.

Bill secoua la tête et coinça une dernière bouteille sous son bras avant de faire le chemin inverse vers le jardin. Là, il se trouva face à un problème : comment soulever le couvercle de la poubelle ? Ses mains étaient prises et s'il bougeait ne serait-ce que le coude, le verre s'éclaterait sur les dalles. Petit problème, grand moyen. Certes ridicule mais probablement plus efficace que d'observer absurdement la poubelle. Il se tourna et plaça ses fesses au bon endroit, il jeta un coup d'½il à droite et à gauche avant de sauter et soulever avec succès le couvercle.

« I am the best ! » Se réjouit-il en lâchant les bouteilles dans le fond du dépotoir.

Il referma la poubelle et se retourna, se frottant énergiquement les mains, de manière à enlever le surplus de saleté.

« C'est si amusant de remplir une poubelle ? » Bushido avala une gorgée de sa canette de bière alors que Bill fixait avec étonnement.

« Depuis quand es-tu là ? »

Bushido mima le geste que Bill avait fait quelques minutes plus tôt avec ses fesses contre la poubelle et se remit face à lui. « Si tu pouvais faire ça sur un autre objet... » Il s'approcha de Bill et posa sa main droite sur la hanche de l'androgyne. « Ou pourquoi pas sur moi ? »

Bill secoua la tête mais ne put s'empêcher s'esquisser un petit sourire. « Je ne fais jamais ce genre de chose. »

Il s'écarta et repartit vers l'intérieur.

« Je ne te crois pas Bill, » cria le séducteur depuis le fond du jardin.

Le jeune adolescent aux cheveux ébènes ne calcula pas les dernières paroles qu'il avait entendu et décida de profiter pleinement de cette soirée.

La fête battait son plein, les boissons s'écoulaient en abondance dans la grande maison. Bill avalait son troisième verre de scotch (Andy ne faisait jamais les choses à moitié). Il se sentait planer, une chaleur se répandait dans l'intégralité de son corps alors que le liquide brûler sa gorge. Il avait une envie de bouger, se déhancher et s'amuser comme il n'avait jamais osé le faire. On disait que Red Bull donne des ailes, mais quelques doses de scotch pouvaient aussi faire l'affaire.

Il posa son verre sur le bar en bois de chêne et se dirigea d'une démarche assurée vers la piste de danse improvisé. Il commença à bouger au rythme de la musique, d'abord seul, puis un corps vint se coller à lui. Il plaça ses mains sur les hanches de cette personne et se frotta à elle.

Cette fille était jolie, une poitrine d'enfer et des cheveux soyeux, d'un roux éclatant. De la manière dont celle-ci bougeait, elle voulait simplement chauffer Bill, ce qui marchait, l'alcool aidant beaucoup. Bill la retourna et il se retrouva face à elle. La musique changea, un souk endiablé débuta entre eux, jambe coincée entre celles de l'autre, déhanché obscène plus que sexy.

« Et si on finissait cette danse à l'étage ? » Proposa la jeune fille, léchant le lobe d'oreille de Bill.

Celui-ci sourit et la tira par la main vers les escaliers avant de l'embrasser sauvagement dans lesdits escaliers. Ils trébuchaient entre deux marches et rigolaient comme des enfants pris en faute.

Bushido fulminait. C'était à lui de se faire Bill ce soir, et il n'allait pas laisser passer une si belle occasion, c'était beaucoup trop beau et rare.

Il s'engagea avec fureur dans les escaliers, jusqu'à l'étage à la recherche de sa proie. Il la trouva au bout de celui-ci, la rousse pendue à son cou. Il accéléra le rythme jusqu'à se retrouver à quelques centimètres des deux adolescents. Il attrapa la minette par les épaules et la décolla de son Bill.

« Tu es à moi Bill. »

Bill sourit et se laissa faire quand Bushido l'embrassa passionnément, presque sauvagement. Faisant glisser vulgairement sa langue dans la bouche de Bill. Ils gémirent tous les deux tandis que Bushido ouvrait une porte et poussa Bill afin de s'engouffrer dans la pièce et de la verrouiller.

La rousse poussa un petit cri aigu de mécontentement et tapa des pieds.

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.163.39.19) if someone makes a complaint.

Comments :

  • annuaire-pour-vos-fics

    13/11/2009

    Attention Bushido asse à l'action ...

  • x-g3n3r4ti0n-x

    18/08/2009

    Non?!
    Bill ne va tout de même pas faire cette conerie?
    Pfiou, il faut que Tom intervienne ou que Bill chauffe Bushido
    & se casse por e foutre de luiii Mouhahha.

  • Tori-Os

    22/02/2009

    Trop possessif et jaloux leTom

  • Tokar-Hotel

    12/02/2009

    ouai c'est sur, ça dépend de se qu'on lit.

    Mais même dans theformative, même si on se demande si Tom aime Bill, il est tendre avec lui et l'aime quand même parce que c'est son frère.
    Sinon y a les fictions SM qui sont bien aussi et violent mais y a quand même de l'amour des fois [une fois j'ai lu un OS en anglais où Bill pisssait sur Tom, dans sa bouche, puis le battait et le baisait et à la fin il lui dit qu'il l'aime]
    Mais là Bill est pire que dominé, il est un peu comme une pute [désolé xD] sauf qu'on s'attache vite à lui.
    C'est mignon comment Bill a un effet fou sur les gens, un ptit sourire, une moue boudeuse et on tombe amoureux de lui.
    et Bushido même s'il est macho et pervers, il l'est pas complètement au fond de lui et Bill le sent et le sait. Et a force de trop jouer, il va tomber amoureux.

  • Tokar-Hotel

    12/02/2009

    Il y aura combien de chapitre ?

    J'espère que Bill cèdera complètement à Bushi, même si c'est pas très probable, quoi que...
    rahlala, je trouve les lemons Billshido vraiment excitant, pratiquement plus que les twincest.
    Parce que souvent entre eux, c'est que de la baise alors qu'avec tom c'est surtout de l'amour.

  • madisonsan2a

    11/02/2009

    bon que dire dabord je suis pas du tout decu par ce chapitre j'aime tom dans le role de frere mega protecteur mai bon bill peu taper sur le systeme je sen quil va sen mordre les doigt lol

    bref ct bien^^

    vivemen la suite^^

  • XIch-lii3b3-r0cK

    11/02/2009

    Bon dieu, j'aime trop ! Et cette fin, pourquoi tu as coupé là Chou' >< Par contre la dernière phrase m'a fait rigolé.
    Bill s'est complètement laissé faire, mais venant de toi j'pense pas que se sera aussi simple, ils vont rien faire dans cette chambre, déjà Bill est bourré et Bushido ne voudra pas en profité. En faite, Bushido a juste retiré la fille des bras de Bill, je sais pas moi, il devait être jaloux, ouais, comme il a dit Bill est à lui. Hein, ça va être un truc dans ce genre-là ?!!
    Et Tom, qui se dit que finalement, il va laisser Bill faire sa connerie et en revenir que plus mature.
    Mais peut être que cette 'connerie' n'en sera pas une, ouais peut être !
    Et même si c'est une connerie, merde, Tom sera là pour Bill et lui faire des câlins pour le réconforter.
    Ouais, dans le chapitre, j'ai adoré le petit moment des jumeaux, c'est juste mignon.

    Bref, je vais m'arrêter ici, aussi non, tu vas en avoir marre. Lol.
    Bisous<3.

Report abuse