• 32413 visits
  • 15 articles
  • 26 hearts
  • 610 comments

Annonce. 07/12/2009

More torture than pleasure. 09/02/2009

L'aventure débute .
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯




. : Bibliothèque : .






______________ | Mini Fan Fiction .


__________________________________________ Colloque Sentimentale _______________


_____ Bushido veut Bill. Depuis plusieurs mois il lui court après, le drague ouvertement ou lui fait des avances.
______ Jusque là Bill a résisté, quand est-il réellement de ce qu'il ressent ?


Chapitre 1 _____ Chapitre 4
Chapitre 2 _____ Chapitre 5 Ultimatum.
Chapitre 3 _____ Epilogue



_______________________________________________ Sweet Tomi ____________________


Partie 1
Partie 2 En ligne






_________________ | One Shot .

______________________________________________ Twincest __________________

___ Everlasting __________________________________________________________ Fais-moi voler
Bill quitte le maison familiale pour un été. _______________________________ Petit voyage aérien, et plus si affinités.

___ Les retrouvailles _____________________________________________________ I shouldn't love you
Bill fait son retour après cinq ans d'absence. ______________________________ Bill est amoureux de son père, Tom.

___ Plaisirs de Noël ________________________________________________________
Après de longs jours d'attente, Bill est enfin
auprès de sa famille. Notamment près de Tom.







_________________ | Annuaires .

Annuaire-pour-vos-fics
AnotherGlance
Twc-Annuaire
Annuaire-fiction-y-a-o-i
Billshido-or-not




Liste non exhaustive.

Colloque sentimentale - Chapitre 1 09/02/2009

.:.

Je suis amoureux.
Colloque sentimentale.




Bill trouvait ce cours de littérature ennuyant. Il détestait la poésie, un poème n'avait aucun sens dans son esprit, c'était de simples mots, des vers et des rimes qui ne voulaient rien dire. Il reposa sa tête sur ses avants bras, observant le reste de la classe, la tête ainsi posée. Il se sentait bien ici, entourée de filles avec uniquement trois garçons. Il ne fallait pas s'attendre à plus dans une classe de terminale littéraire.

Son regard se baladait entre les personnes. Elles semblaient toutes intéressées par ce que le jeune prof disait. C'était peut être le cas.

Il tourna sa tête vers la fenêtre et regarda les arbres bouger. Bill avait toujours aimé se dire qu'ils dansaient, ça rendait le moment plus mignon et plus intéressant. Il imaginait que le fin et grand arbre demandait à sa voisine une danse. Il avait une imagination fertile de petit enfant.

« Bill, tu as reçu ce mot, » chuchota Andreas son voisin de table. Bill reçut un coup de coude et releva le visage. Il avait la marque de son pull sur sa joue rougie.

Il regarda le papier que lui tendait Andreas et le prit. « Il vient de qui ? »

« Georg. » Le blond platine se tourna vers le dénommé Georg qui faisait un ridicule signe de la main. « Il est débile ce mec. »

« Je me demande toujours comment il a fait à passer en terminale. » Bill secoua la tête et se décida d'ouvrir le petit bout de papier négligemment plié. Il lut à voix basse. « Je t'aime, sors avec moi pour le bal. On fera l'amour si tu veux. Je suis amoureux de toi, les autres filles je m'en fous. Bushido. »

Andreas arqua un sourcil. Il avait l'habitude de ce genre de mot à l'adresse de Bill. Ce n'était plus étonnant, il avait ce mec qui voulait coucher avec lui depuis six mois maintenant.

« Il a même ajouté des petits c½urs, si ce n'est pas mignon, » dit sarcastiquement Bill. Il gribouilla une réponse négative, lui disant d'aller se faire voir, et l'envoya à Georg qui servait plus de pigeon qu'autre chose dans la petite histoire sans histoire.

Comme à chaque fois il savait que Bushido n'abandonnerait pas. Il était en BTS, et avait donc quelques années de plus que Bill. C'était un tombeur et couchait avec toutes les filles qu'il rencontrait, mais cette fois-ci, il voulait Bill et il ne supportait pas que celui-ci lui résiste.

Bushido avait cerné le personnage de Bill. Malgré son apparence de macho viril, il était loin d'être idiot. Il observait et interprétait chaque mouvement, chaque mimique de Bill. Lors de leur cours commun de sport, il restait avec Bill, et ne cachait pas son attirance envers le jeune adolescent. Il se fichait de l'avis de ses potes et aimait jouer avec ça.

« Pourquoi tu ne l'envoies pas bouler une bonne fois pour toute Bill ? »

Bill haussa les épaules. Lui-même ne savait pas pourquoi. Il avait pourtant essayé plus d'une fois, mais sans succès, il revenait sans cesse à l'attaque.

La sonnerie retentit dans le bâtiment.

« Tu me passeras le cours ? » demanda gentiment Bill à son ami. Il regardait désespérément sa page toujours blanche.

« Bien sûr, » sourit Andy, il avait l'habitude d'aider Bill, surtout dans cette matière. En échange, Bill qui excellait en anglais l'aidait.

Ils se dirigeaient vers le gymnase en retrait par rapport au reste de la classe.

« Tu fais quoi ce soir ? »

« On devait se faire une soirée jeu vidéo avec Tom. »

« Il y a un concert en ville, demande lui de venir si tu veux. »

« Tu sais bien que Tom n'aime pas ce genre d'endroit, » répondit Bill boudeur. « Mais il ne pourra pas me refuser ça ! »

Andy sourit, Bill avait un tel pouvoir sur les gens.

Tom était le frère jumeau de Bill. Il n'était plus au lycée, Bill avait loupé son bac, mais dans une fac de musique. Il avait en perspective de devenir professeur de guitare. Il était doué dans son domaine mais pouvait encore s'améliorer.

Lui et Bill étaient extrêmement proches. Ils savaient tout de l'autre, et Tom avait eu vent du petit malin qui jouait avec son frère. Ça ne lui plaisait pas du tout, mais il fallait qu'il fasse confiance à Bill. Il avait toujours été là pour le protéger, cette année était différente, Bill était seul dans le grand établissement. Il avait eu peur la première semaine, puis avait pris de nouveaux repères.

Andy poussa la porte du vestiaire, ça puait déjà le déodorant infecte. Il s'installa sur le bout d'un banc, gardant une place pour Bill.

« Est-ce qu'il m'observe ? »

Andreas se pencha un peu pour mieux voir Bushido. « Oui. »

Bill devint rouge, il n'aimait pas se sentir reluqué, il était un peu pudique. Il feint une envie pressante et prit ses affaires pour aller tranquillement se changer dans les toilettes un peu plus loin.

Bushido sourit, il savait qu'il faisait de l'effet à Bill. Ça sautait aux yeux de celui qui, tout comme lui, pouvait décrypter les regards.

Lorsque Bill sortit des toilettes, tous les garçons étaient déjà dans le gymnase, il souffla de ce petit moment de répit et déposa son jean sur le banc. Il s'assit et enfila ses baskets, qu'il lassa soigneusement. Mieux valait qu'elles soient bien accrochées s'il ne voulait pas tomber en plein dribble.

En effet, il faisait basketball, c'était l'un des quatre sports de ce cycle. Bill adorait ce sport collectif, il était même assez bon. Quand il était enfant, il s'amusait sur le petit panier de basket que son père leur avait offert à lui et son frère. Tom était si mauvais perdant qu'il ne jouait plus avec Bill. C'était comme ça, Bill était doué dans ce qu'il entreprenait, déterminé.

Il se releva et abaissa son t-shirt qui s'était légèrement relevé.

« Hey Bill ! »

Et au plus grand malheur, enfin tout est relatif, de Bill, Bushido débarqua dans les vestiaires.

« Que cherches-tu ? » demanda Bill.

« Toi, » Bushido était joueur, peut être un peu trop, et séducteur dans l'âme. Bill aimait ce genre d'homme, mais là, il s'agissait de Bushido.

« Ne fais pas l'imbécile. Laisses-moi passer s'il te plait. » Bill posa ses mains sur le torse de Bushido pour le repousser.

« Tu dois payer ton passage. » Bushido tendit les lèvres.

Le jeune androgyne se résigna, il déposa un baisé, mais sur la joue de Bushido. « C'est tout ce que tu auras pour le moment. »

Bushido sourit et laissa Bill passer. « Tu veux dire que je pourrais peut être avoir plus ? »

Bill haussa les épaules et sourit dos au garçon. Lui aussi voulait jouer, Tom n'apprécierait pas, mais il n'était pas là, n'est-ce pas ?

Le prof était en pleine explication, une fois de plus, des règles de ce sport. Bill ne prit pas la peine de l'écouter et s'empara d'un ballon orange qui se trouvait dans le grand filet. Il commença à dribbler, et courir, fixant le panier droit devant lui et il shoota.

Quelqu'un applaudit, il ne se demandait plus qui c'était.

« Tu es magnifique quand tu es concentré, » Bushido s'approcha et attrapa les hanches de Bill qui se laissa faire, regardant ailleurs que dans les yeux de son interlocuteur. Bushido chuchota. « Alors comme ça tu ne veux pas sortir avec moi demain soir ? »

« J'ai d'autres plans. » Bill se dégagea de l'emprise et alla ramasser le ballon qui continuer de rouler sur le sol brillant avant de rejoindre sa classe. Il jeta un coup d'½il à Bushido qui lui aussi était repartit de son côté, matant sans honte le cul d'une fille.

Bill leva les yeux aux ciels et secoua la tête. On ne le changerait pas ce Bushido.



Le cours était fini, c'était enfin le weekend. Bill était rouge d'avoir trop couru et Andreas n'était pas mieux. Il but une gorgée dans sa bouteille d'eau qu'il passa à son ami. Il aimait le sport certes, mais pas la transpiration qui allait avec. Il avait juste une envie, rentrer chez lui et retrouver sa douche.

En passant, il devait aussi parler à Tom.

Il souffla. Ce n'était pas gagné, il avait promis depuis un mois cette soirée a son frère. « Tom ne va pas être content. »

« De ce soir, ou pour Bushido qui te matte toujours ? »

« Oh, » lâcha Bill. « Peut être des deux. »

Les autres garçons se changeaient, et Bill patientait le temps qu'ils sortent tous un à un.

Dix minutes plus tard, Andy attendait que Bill, qui était le dernier à se changer, ait finit d'enfiler son jean qui avait du mal à passer.

Les deux garçons se connaissaient depuis presque toujours, Bill et lui avaient doublé leur terminale, c'était frustrant. Mais le fait de savoir qu'il pourrait rester un an de plus avec son ami réjouissait Andreas. Ils s'étaient toujours extrêmement bien entendu et même si plus jeunes ils avaient eu une petite amourette, Andy ne se sentait en rien gêné face à Bill et ne niait pas avoir donné son premier baisé à l'androgyne. C'était presque une fierté, et il se vantait parfois devant Bushido qui ne souhaitait rien de plus, pour l'instant, que d'embrasser Bill. Andreas s'amusait de la situation, même si quelques fois il avait peur pour Bill, il jouait un jeu dangereux. Pas physiquement, Bushido n'oserait jamais frapper Bill, mais sentimentalement parlant.


**


Bill fourra un de ces gros chocolats pralinés dans la bouche et descendit les escaliers du sous sol. Il observa un moment Tom jouer de la guitare, il aimait le voir manier son instrument à la perfection, car pour Bill, tout ce que Tom faisait était parfait, et il était un parfait guitariste. Son opinion était assez subjective.

« Je sais que tu es là Bill, » Tom jouait toujours, il n'avait même pas levé les yeux.

Bill sourit et sauta la dernière marche qu'il restait avant de s'affaler sur le vieux sofa installé dans la cave. Il aimait bien cet endroit, il avait l'odeur de Tom, la personnalité de Tom s'y reflétait minutieusement bien.

« On fait quoi ce soir ? » Demanda Bill, voulant en arriver à son projet.

« On joue à ce nouveau jeu que j'ai acheté hier. » Tom posa sa guitare sur son socle et se tourna vers Bill qui vint faire un câlin à son jumeau.

« Justement, » sa voix était étouffée dans le cou de Tom. « Il y a un concert en ville, tu sais ? On pourrait y aller ? »

Tom soupira et se sépara de Bill, caressant ses cheveux. Il tenait vraiment à passer cette soirée uniquement avec son frère, et ne souhaitait en aucun cas voir d'autres personnes.

« Cette soirée était prévue depuis un bon bout de temps. »

« Je sais, mais s'il te plait ! » supplia Bill faisant une moue adorable à laquelle, il le savait, Tom n'avait jamais su résister.

« Je n'ai rien à me mettre, » se défendit Tom, tirant sur son large t-shirt tâché. Il savait que c'était un argument ridicule et que Bill lui trouverait, même s'il n'y avait plus rien dans ses tiroirs, une tenue acceptable.

« Si ce n'est que ça Tomi. » Et Bill se leva, tirant son frère par la main jusqu'à sa chambre.

Il fouilla dans son armoire, ses tiroirs, mettant un foutoir incroyable. Tom avait passé plusieurs heures à tout ranger pour rien. En moins de temps qu'il ne faut pour le dire, Bill avait choisit un bas et un haut qu'il déposa soigneusement sur la chaise de Tom.

« Tu n'as plus d'excuses ! » S'exclama-t-il.

Bill s'assit sur les genoux de Tom qui était assis sur son lit. Il déposa ses lèvres sur celles de son jumeau et enfouit sa tête dans son cou. C'était une manière qu'ils avaient de se remercier. Ils l'avaient toujours fait et ne comptaient pas s'arrêter. Même si le jour où Simone l'avait découvert, elle avait fait une crise, ils continuaient malgré tout.

Tout leur entourage les voyait somme des jumeaux fusionnels. Ils n'avaient de cesse de se toucher, de se câliner ou de se donner la main pour se réconforter, ou juste pour sentir la présence de l'autre. Alors oui, ils étaient très protecteurs l'un envers l'autre et cette séparation en début d'année scolaire avait été difficile des deux côtés.


**


Andreas était venu chercher Bill et Tom chez eux. Il savait qu'il n'aurait pas du arriver plus tôt, les jumeaux, et c'était connu, étaient toujours en retard. Mais le blond platine ne pouvait s'empêcher d'arriver plus tôt. Peut être qu'un jour le miracle se produirait et qu'ils seraient là à attendre dans l'entrée leur ami.

Andy secoua la tête pour effacer cette pensée stupide. Jamais ils ne feraient ça.

« Doucement les garçons ! » Cria Simone de la cuisine.

On entendait les lustres trembler sous les courses folles des jumeaux. Andreas les entendaient rire et il sourit lui aussi.

Ça faisait longtemps qu'ils n'étaient plus sortis tous les trois, et ils allaient certainement s'amuser. Andreas se balança d'une jambe sur l'autre, en pensant à cette soirée qui s'annonçait. Si Tom avait si facilement accepté c'était soit que Bill était très doué pour l'amadouer soit qu'il était en pleine forme et de bonne humeur, sinon il aurait catégoriquement refusé.

Enfin, les jumeaux arrivèrent fin près au rée-de-chaussé.

« Salut Andy, » Tom enlaça son ami amicalement et cogna son épaule de son poing. « A quand la muscu ? Tes bras son si fins. »

Andy ne s'était pas trompé, Tom était de très bonne humeur. Peut être un peu trop.

« Bill est aussi maigre que moi, » rétorqua Andreas.

Tom observait son frère de haut en bas, tandis que Bill se trémoussait comme pour prendre la pose devant un photographe. Il avait une main sur sa hanche et une autre appuyée contre le mur.

« Bill est parfait, » conclut Tom et souriant à son frère et en l'attirant dans ses bras.

Leur ami leva yeux et mains au ciel. « Tu es insupportable Tom. »

Simone débarque dans l'entrée. « Les jeunes, il est temps que vous partiez, ce n'est pas un squatte ici. Ou bien vous allez vous installer dans le salon pour papoter entre fillette ! »

« Ok ok, on part m'man. » Bill embrassa sa mère et Tom fit de même.

« Ne rentrez pas trop tard ! »

Les jumeaux firent semblant ne pas l'avoir entendu et grimpèrent dans la voiture du père d'Andy, qu'il avait gentiment, mais avec réticence prêté à son fils.

Ils étaient en route pour la ville, et tous les trois chantaient à tue-tête de vieilles chansons des années quatre vingt. Ils avaient l'air tellement ridicule, mais il s'en fichait. Ce soir il voulait simplement s'amuser.



La salle était pleine, on voyait à peine le bar. Ce groupe devait être connu dans la région. Bill passa le premier et se fraya un chemin dans la foule jusqu'au Bar qu'il devina un peu plus loin.

« On ne peut même plus circuler ici, » bougonna-t-il.

« Quelle surprise ! »

Bill écarquilla les yeux. Son c½ur battait fort dans sa poitrine, tellement qu'il croyait qu'il allait déchirer son t-shirt. Il se tourna et se retrouva face à Bushido.

Vraiment, il le suivait partout.

Tom et Andreas arrivèrent derrière Bill. « Qui es-tu ? » Demanda Tom.

« Bushido, » il tendit la main au dreadé qui ne la prit pas.

« C'est lui ! » S'étonna Tom. Il n'avait jamais eu l'occasion de le voir de ses propres yeux, il se contentait de la description que Bill lui avait faite.

Bill se dit que cette soirée allait être terrible. Tom n'allait pas le lâcher d'une semelle, et si Bushido s'approchait un peu trop de lui, il sentait bien que Tom réagirait au quart de tour. Finalement, il aurait certainement dû rester chez lui, pénard.

« On se connaît ? » Bushido était sceptique. Il ne connaissait pas ce mec, ni d'Eve ni d'Adam.

« J'ai parlé de toi à Tom. »

« Oh, c'est la fameux frère ! » Rit-il. Il s'approcha de Bill et chuchota dans son oreille. « On se croisera surement dans ce petit bar. »

Tom serrait les poings. Ce gars était trop proche de Bill, sa main le touchait trop. Qu'il la vire de son ventre. Et Bill qui se laissait faire, Tom bouillonna un peu plus. Il avait prit connaissance de toutes les propositions que Bushido avait fait à son petit frère et il n'appréciait pas du tout cela. Pour qui se prenait-il ?



Pendant toute la soirée, Bushido n'avait cessé de tourner autour de Bill. Il se trémoussait contre lui à chaque nouveau morceau que le groupe jouait, et Tom observait le moindre geste déplacé qu'il pourrait faire envers Bill. Rien de ce qu'il voyait ne montrait les intentions de Bushido.

« J'ai envie de toi. »

Bill rougit, mais ça ne se voyait pas avec la chaleur qui régnait autour de lui. Il se contenta de lâcher un petit sourire timide.

« Et si tu m'accompagnais dans les toilettes ? » Bushido tira Bill vers lui. « Tu veux ? »

Tom n'aimait pas leur proximité. Il n'aimait pas ce mec trop tactile.

« Je ne suis pas sûr que tu le mérites, va retrouver une petite nana. » Bill se décolla de son corps chaud, c'était agréable, et sourit avant de partir vers Tom.

Bushido était frustré, ce qu'il aimait était la façon dont Bill lui résistait, chose que sa proie ne savait pas.

« Pourquoi le laisses-tu te toucher ainsi ? » S'emporta Tom.

Bill fut surpris. « C'est agréable de se sentir aimé. »

« Tu n'es pas aimé avec cette enflure, tu es juste l'objet de son fantasme. »

« C'est tout aussi agréable. »

Tom serra les poings et frappa sur le bar. Bill sursauta et se tourna vers Andreas qui ne disait rien. Il n'osait pas donner son avis, ni prendre parti pour l'un des deux. Il avait repéré une jolie fille qui lui faisait de l'½il depuis le début de la soirée et en profita pour s'éclipser.

« Tu te rends compte de ce que tu dis Bill ? » Tom souffla et mis sa tête entre ses mains. « Moi je t'aime, lui non. Ça ne te suffit pas ? »

Bill s'assit à côté de son frère. « J'ai juste besoin de faire mes propres erreurs et de découvrir des choses, seul. »

Tom avait percuté sur le dernier mot. Son frère demandait plus d'espace pour lui, il voulait être seul. « Tu seras seul. Je m'en vais. »

Le blond se leva et fit signe à Andreas avant de passer la porte. Bill n'eut pas le temps de réagir que Bushido prit la place de son frère. Il soupira et commanda un verre de vodka pure. Il voulait oublier les paroles de son frère.

« Tu es énervé ? »

« Juste fatigué. »

Il avala son verre d'une seule traite et en commanda un autre. « Tu devrais y aller doucement sur la vodka, » conseilla Bushido.

« Merci du conseil. »

Bushido avait bien vu que Bill s'était disputé avec son frère, au départ il voulait en profiter, après réflexion, il n'y gagnerait peut être pas grand-chose. Un Bill saoul ne l'intéressait pas. Il voulait qu'il se donne de sa propre initiative.

Andreas revint avec une belle blonde qu'il avait dénichée, délaissant la petite brune qui lui faisait de l'½il. Il regardait Bill s'enfiler verre après verre et se demanda s'il ne valait pas mieux que ce soit lui qui le ramène plutôt que de le laisser seul avec Bushido.

« Les gars, je vais y aller. Bill, tu viens ? »

Bill secoua la tête. Il voulait rester, ne pas voir Tom avant le lendemain matin quand il aurait la gueule de bois.

« Je le ramènerais, ne t'en fais pas. » Bushido claqua amicalement l'omoplate du blond.

« Je ne sais pas... »

« Ecoute, passes moi ton numéro, je t'enverrais un message une fois certain qu'il est rentré chez lui sain et sauf. D'accord ? »

Andy hésitait, mais se laissa convaincre. De plus, ça lui permettait de conclure plus vite avec la minette qui gloussait à côté de lui. Il donna son numéro à Bushido et salua Bill qui lui répondit par un grognement, le visage contre le bar.

« Petit oiseau, viens par là. » Bill se leva et suivit Bushido jusque dans les toilettes ou il les enferma dans une cabine. Il baissa la lunette et s'assit sur les toilettes.

Bill n'en avait pas conscience, mais il pleurait. Tout ce qu'il voulait c'était que Tom ne le lâche pas. Mais il n'avait pas su s'exprimer et maintenant il se sentait triste.

Bushido l'attira contre lui. « Tu sais, tu peux me parler. Ça restera entre nous. » Bill secoua la tête de gauche à droite. Il ne voulait pas parler de Tom avec lui, plus avec lui. Bushido soupira. « Bien, est-ce que tu veux que je te ramène ? »

« Pas encore. »

Bill resta la tête nichée dans le cou de Bushido, il respirait son parfum qu'il aimait. Et s'assoupit peu à peu.

Évidemment, Bushido devait se débrouiller pour le ramener chez lui.




A suivre...

Colloque sentimentale - Chapitre 2 10/02/2009

.:.

Je suis amoureux
Colloque sentimentale



Tom finissait une partition, il n'était pas fier du résultat, mais ça ferait l'affaire. Son prof lui avait demandé de composer une mélodie pour le prochain cours. Il n'avait pas vraiment l'esprit à ça, mais il fallait qu'il s'occupe s'il ne voulait pas que sa tête explose. Il repensait à Bill et ce connard qui lui courait après, aux yeux de Tom, ce n'était qu'un profiteur. Il connaissait ce genre de mec, lui-même fonctionnait de la même façon. Et ça le dérangeait vraiment qu'un autre homme joue de cette façon avec son précieux petit frère qui ne voyait rien.

La boule de papier vola à travers la pièce et cogna contre le mur. Elle roula à côté de la poubelle. Tom grogna de mécontentement. Il ne savait plus quoi faire pour ouvrir les yeux de Bill.

Depuis cette soirée, il y a quelques semaines, il avait tout essayé pour faire comprendre à son frère que ce mec n'était pas normal, qu'il voulait simplement profiter de son corps. Mais bien sûr, Bill prenait ça pour de la jalousie et souriait gentiment à Tom.

Il était exaspérant...

**

Bill était assis sur un banc dans la cour du lycée, et écoutait sa musique en balançant ses jambes dans le vide et bougeant légèrement la tête. Il observait le ciel bleu et un doux vent d'été caressait son visage et faisait virevolter ses cheveux qui chatouillaient son nez.

Il éternua.

« A tes souhaits. » Bushido s'assit à ses côtés et retira un écouteur de l'oreille de Bill. « Tu n'as pas d'examen aujourd'hui ? »

« Demain sera mon dernier jour. » Il souffla de soulagement et ses jambes tressautaient indomptablement, faisant trembler le banc.

Bushido posa sa main sur une des cuisses de Bill. « Arrête ça, c'est stressant. »

Bill s'arrêta quelques secondes avant de reprendre ses mouvements. Bushido abandonna, il savait Bill têtu et désobéissant. Il adorait ça !

« Tu te rappelles ce que tu m'avais dis que tu ferais pour moi après ton bac ? » Sourit Bushido.

L'adolescent aux longs cheveux corbeaux semblait réfléchir un instant avant de se souvenir.

Il sortait d'un cours de philosophie lorsqu'il se fit bloquer dans un coin du couloir. Bushido avait voulu l'embrasser mais Bill l'avait repoussé et lui avait promis qu'après le bac, il pourrait y goûter, s'il était sage bien entendu.

« Je me souviens, » fit Bill, l'esprit ailleurs.

« Tu me l'as promis, tu me le dois. » Bushido caressa sa cuisse, et remonta un peu trop haut au goût de Bill qui balaya la main intruse de la sienne, que Bushido captura.

« Si tu me trouves à la fin des examens. »

« Je te connais, tu vas faire exprès de me fuir. »

Bill eut un petit rire gêné et affirma de la tête. Il ne pouvait pas lui cacher. Le séducteur avait un pouvoir hypnotique sur l'androgyne. D'ailleurs, Bill ne pouvait regarder Bushido droit dans les yeux plus de quelques secondes, ça lui était vraiment dur. Il n'arrivait pas soutenir son regard noir et profond, dans lequel il pouvait y lire les sentiments que Bushido éprouvaient pour lui : le désir et une pointe d'amour passionnel, ou bien était-ce son imagination qui voyait la seconde chose. Il préférait ne pas y penser.

Pour le moment, il fallait qu'il en revienne au sujet principal...

« Si tu ne m'attrapes pas, tu n'auras rien. » Bill fit sa moue malicieuse. « A toi de jouer. » Il claqua sa main sur la jambe de Bushido et se leva, arrangeant ses oreillettes, avant de partir vers le self.

Vraiment, ce Bill était un petit coquin. Bushido était persuader que Bill en avait tout autant envie que lui, et il était convaincu qu'il pourrait l'avoir à son propre jeu. Après tout, c'est lui qui avait décidé des règles, c'était lui le séducteur dans l'histoire. Non l'inverse.

Il allait obtenir ce qu'il voulait, mais en attendant il devait jouer au chat et à la souris. Ce jeu l'excitait assez.

La sonnerie retentit, il devait retourner à ses révisions. Bill ne perdait rien pour attendre, il se le promettait.

**

Bill marchait tranquillement sur le trottoir, shootant dans des cailloux et sifflotant les chansons qui défilaient dans ses oreilles. Il n'entendait même pas le bruit des moteurs des voitures qui passaient à un mètre de lui. Il fixait le bitume gris qui défilait, ou encore les arbres qui dansaient. Il y avait une douce brise qui le rafraîchissait, c'était agréable. Le soleil cognait contre sa peau, il aimait ça. Il avait l'impression que les rayons le caressaient et ça le détendait.

Une voiture ralentit à ses côtés, mais Bill ne la vit pas. Il était dans une petite ruelle éclairée, et l'auto klaxonna deux coups.

Bill sursauta et retira vivement ses écouteurs.

« Hey poupée, je te raccompagne ! »

Bill leva les yeux au ciel. « Je suis presque arrivé, merci. » La voiture continuait d'avancer au ralentit à côté de lui. « Bushido, ne reste pas là ! »

« J'admire la vu, » répondit-il en levant ses sourcils et replaçant ses lunettes de soleil convenablement sur son nez.

« Il n'y a rien à voir ici, » Bill balança son sac à bandoulière sur ses fesses.

« Pourtant tu as un cul de fou ! »

« Et si tu me ramenais à la place de dire des conneries ? »

Bushido s'arrêta et ouvrit la portière du côté passager par l'intérieur de la voiture. Bill pensait que c'était un garçon vraiment galant... Il klaxonnait et ensuite ouvrait la porte négligemment. C'est ainsi qu'il comptait séduire Bill ? Enfin...

Bill grimpa dans l'auto et claqua la portière. « Tu sais que je t'ai eu ? » Demanda Bushido.

« Ce n'est pas encore finit. Et arrête de m'épier à chaque fois que tu me croise. » Bill fixait l'horizon et se demandait si Bushido allait se décider à démarrait ou non.

« Je n'y peux rien, tu es si attirant. » Il appuya sur la pédale d'accélérateur et lâcha l'embrayage.

Le trajet se fit en silence, Bushido chantait juste quelques chansons qui passaient à la radio, mais sans plus. Quelques courtes minutes plus tard, ils se trouvèrent devant l'allée de la grande maison de Bill.

« Merci, » Il était près à ouvrir la porte quand Bushido le retint.

« Embrasse-moi, » demanda Bushido fermant les yeux et tendant les lèvres.

Bill hésita un instant et se dit qu'il pouvait bien céder, rien qu'une fois. Il déposa ses lèvres sur celles de Bushido et effectua une petite pression avant de se retirer. Bushido était surpris, il n'en revenait pas que Bill l'ait fait, il rit presque et frotta ses yeux.

L'androgyne l'observa un instant avant de s'enfuir de la voiture. Il ne voulait pas en donner trop à Bushido, et s'il restait, il devait lui accorder.

« Je t'ai presque eu, Bill Kaulitz. »

Et il repartit.

Bill appuya sur la poignée de la porte d'entrée, à peine fut-il à l'intérieur que Tom lui criait dessus.

« Tu l'as embrassé Bill, tu t'es laissé avoir par ce type ! » Tom faisait les cents pas devant lui et le grattait la nuque. « Est-ce que tu as écouté ce que je t'ai dit depuis que je l'ai rencontré ? Non bien sûr. »

Bill en avait assez, il planta Tom dans l'entrée et monta les escaliers à toute vitesse. Il ne voulait plus le voir ni l'entendre dire quoique ce soit d'autre sur Bushido. Oui, il l'aimait bien, ce n'était pas pour autant son grand amour. Il ne s'imaginait même pas sortir avec. Et puis Tom l'insupportait. Pourquoi s'acharnait-il ainsi ?

Il claqua sa porte et ce fut au même moment que Tom se tut.

Bill retira son sac pesant et ses baskets qu'il laissa cogner contre le mur. Il se laissa tomber sur son lit et évacua un peu de sa colère. Des larmes de rages débordèrent de ses yeux. Il ne savait plus quoi faire, pourtant c'était si simple. Il voulait simplement profiter. Tom était trop protecteur parfois.

« Bill, est-ce que je peux entrer ? » Le ton de Tom s'était radouci. Son c½ur se serra quand il entendit la réponse négative de Bill et sa voix nouée. Il le connaissait parfaitement bien pour être certain que Bill pleurait.

Le blond ouvrit lentement la porte et retrouva Bill qui sanglotait doucement dans son lit, le visage caché dans l'oreiller.

Tom s'assit sur le lit et frotta affectueusement le dos de Bill.

« Laisse-moi tranquille Tomi. »

« Je suis désolé, je ne voulais pas crier. » Tom souffla, il n'aimait pas voir son frère triste par sa faute. Il savait qu'il s'imposait un peu trop dans sa vie sentimentale, mais il ne pouvait pas s'en empêcher. « C'est juste que, tu sais que je ne l'aime pas. »

Bill se redressa et hocha la tête. « Je ne veux pas que tu me détestes pour ce que je fais, » lâcha-t-il dans un murmure.

« Jamais Bill, je t'aime bien trop pour ça. » Il attrapa son frère par les épaules et le colla contre son torse. Il fallait qu'il sente le c½ur de Bill battre au même rythme contre le sien. Ça le rassurait et ça lui prouvait que Bill serait toujours à lui, son petit frère.

Ils s'embrassèrent furtivement, comme ils en avaient l'habitude, et s'allongèrent sur le lit.

« Demain soir je vais à une fête chez Andy, tu viens avec moi ? » Demanda Bill, essuyant le maquillage qui avait coulé.

« J'ai ce fichu expo à finir, je n'aurais pas le temps. »

« Oh, » fit Bill, visiblement déçu. « Alors tu dors avec moi cette nuit, hein Tomi ? »

Tom fit mine d'hésiter et accepta. Après tout, il passait ses meilleures nuits en dormant avec Bill. C'était un cocon réconfortant et appréciable.

**

« Est-ce que tu viens te coucher Tomi ? » bailla Bill de sous sa couette.

« Je finis cette partie et je te rejoins, » Tom tirait la langue, de façon très concentré. Il n'avait jamais réussi cette course et comptait bien la réussir maintenant.

Bill souffla fortement et Tom comprit qu'il ferait mieux d'éteindre la console. Il passa par la salle de bain pour faire une petite toilette et sauta dans le lit de Bill, serpentant sous la fine couette. Il éteignit la lumière et étreignit Bill.

« Comment ce sont passés tes examens ? »

« On en parlera demain, d'accord. Je suis fatigué ce soir, » souffla Bill contre le torse nu de Tom.

« D'accord, » dit gentiment le blond, passant ses mains le long du dos de Bill, massant parfois sa nuque. Il savait que ça avait le don de déstresser Bill, il lui provoquait même des petits frissons qu'il s'amusait à voir apparaître et disparaître sous ses passages.

Il bâilla à son tour et ferma les yeux. « Bonne nuit petit frère, » il pressa ses lèvres contre le front de Bill et resta ainsi, inspirant l'odeur du shampoing fruité et sucré de Bill.

« Bonne nuit Tomi, » articula difficilement Bill.

Tom laissa Bill s'endormir tranquillement, blottit dans ses bras. Ici, Tom était sûr que rien n'arriverait à Bill et que Bushido ne poserait pas un doigt sur lui. Et ça rassurait Tom. Il se détestait de ne pas donner une bonne leçon à ce type et de lui dire de laisser Bill tranquille, mais lorsqu'il voyait le regard envieux de son frère quand il parlait de ce que Bushido pouvait dire ou faire, il se dit qu'il n'avait pas le droit d'interdire à son petit frère d'avoir une petite aventure.

Il était malgré tout, certain que Bill en sortirait plus mature et qu'il ne referait plus l'erreur de se laisser séduire par un crétin avide de luxure. Tom posa son menton sur le haut du crâne de Bill et le serra étroitement contre lui. Bill couina un peu et se tortilla avant de sourire inconsciemment. Il l'aimait plus que de raison son petit frère.

Mais, il était évident que pour le moment, Bill avait d'autre préoccupation, entre autre un certain Bushido. Tom soupira une fois de plus et se força de ne plus penser à cet idiot qui manipulait son frère.

Il allait surement devoir l'épauler, après sa futur, mais proche, bêtise.

**

La musique résonnait jusqu'à l'autre bout de la rue. Quelques chats se sauvaient en courant et les voisins semblaient avoir déserté le boulevard. Il faisait encore jour, le soleil commençait seulement à se coucher. Bill était nerveux, il triturait la couture de ses poches. Andreas lui avait dit qu'il avait invité toute la classe et ceci signifiait également Georg qui n'avait pas hésité un instant à convier Bushido à cette petite soirée en comité restreint, qui s'était vite, très vite agrandi.

Le talon des santiags de Bill cognaient sur le béton de la route. Il adorait ses chaussures, mais il se sentait bien trop bruyant dans ce calme perturbé par cet unique fond de musique techno. Il avait l'impression que Bushido allait sortir de nulle part et l'emporter dans une ruelle. Il secoua la tête, Bushido le respectait bien trop pour cela, il n'oserait jamais. Ce qui ne l'empêchait pas d'avoir des idées comme celle-ci à l'esprit.

Il s'engagea dans l'allée de la maison d'Andy et sonna. Ce qui ne servit à rien. Il ouvrit la porte et se croyait revivre un film américain où les jeunes se bécotent dans tous les coins de la maison. Deux étaient étalés sur les escaliers et s'embrassaient avidement, tandis qu'un autre couple était coincé dans un coin sombre, et dieu seul sait ce qu'il faisait. Bill ne voulait pas en voir plus, c'était gênant d'épier les jeunes de cette façon, même s'il aurait aimé être à la place d'un de ces jeunes adolescent profiteur de la vie. Il se sentit d'un coup stressé. Il se demandait ce qui l'attendait au cours de cette soirée, et la simple idée qu'il puisse arriver à ses fins le fit frissonner.

« Oh Bill, tu es enfin là ! »

Bill sourit et se tourna vers Andreas qui paraissait débordé avec toutes ses bouteilles vides dans les bras.

« Tu veux un peu d'aide ? »

Andy sourit et acquiesça avant de tendre les bouteilles à Bill et de repartir en criant vers la cuisine. « Sam attention au vase ! Bordel, m'man va m'étriper... » Balbutia-t-il.

Bill secoua la tête et coinça une dernière bouteille sous son bras avant de faire le chemin inverse vers le jardin. Là, il se trouva face à un problème : comment soulever le couvercle de la poubelle ? Ses mains étaient prises et s'il bougeait ne serait-ce que le coude, le verre s'éclaterait sur les dalles. Petit problème, grand moyen. Certes ridicule mais probablement plus efficace que d'observer absurdement la poubelle. Il se tourna et plaça ses fesses au bon endroit, il jeta un coup d'½il à droite et à gauche avant de sauter et soulever avec succès le couvercle.

« I am the best ! » Se réjouit-il en lâchant les bouteilles dans le fond du dépotoir.

Il referma la poubelle et se retourna, se frottant énergiquement les mains, de manière à enlever le surplus de saleté.

« C'est si amusant de remplir une poubelle ? » Bushido avala une gorgée de sa canette de bière alors que Bill fixait avec étonnement.

« Depuis quand es-tu là ? »

Bushido mima le geste que Bill avait fait quelques minutes plus tôt avec ses fesses contre la poubelle et se remit face à lui. « Si tu pouvais faire ça sur un autre objet... » Il s'approcha de Bill et posa sa main droite sur la hanche de l'androgyne. « Ou pourquoi pas sur moi ? »

Bill secoua la tête mais ne put s'empêcher s'esquisser un petit sourire. « Je ne fais jamais ce genre de chose. »

Il s'écarta et repartit vers l'intérieur.

« Je ne te crois pas Bill, » cria le séducteur depuis le fond du jardin.

Le jeune adolescent aux cheveux ébènes ne calcula pas les dernières paroles qu'il avait entendu et décida de profiter pleinement de cette soirée.

La fête battait son plein, les boissons s'écoulaient en abondance dans la grande maison. Bill avalait son troisième verre de scotch (Andy ne faisait jamais les choses à moitié). Il se sentait planer, une chaleur se répandait dans l'intégralité de son corps alors que le liquide brûler sa gorge. Il avait une envie de bouger, se déhancher et s'amuser comme il n'avait jamais osé le faire. On disait que Red Bull donne des ailes, mais quelques doses de scotch pouvaient aussi faire l'affaire.

Il posa son verre sur le bar en bois de chêne et se dirigea d'une démarche assurée vers la piste de danse improvisé. Il commença à bouger au rythme de la musique, d'abord seul, puis un corps vint se coller à lui. Il plaça ses mains sur les hanches de cette personne et se frotta à elle.

Cette fille était jolie, une poitrine d'enfer et des cheveux soyeux, d'un roux éclatant. De la manière dont celle-ci bougeait, elle voulait simplement chauffer Bill, ce qui marchait, l'alcool aidant beaucoup. Bill la retourna et il se retrouva face à elle. La musique changea, un souk endiablé débuta entre eux, jambe coincée entre celles de l'autre, déhanché obscène plus que sexy.

« Et si on finissait cette danse à l'étage ? » Proposa la jeune fille, léchant le lobe d'oreille de Bill.

Celui-ci sourit et la tira par la main vers les escaliers avant de l'embrasser sauvagement dans lesdits escaliers. Ils trébuchaient entre deux marches et rigolaient comme des enfants pris en faute.

Bushido fulminait. C'était à lui de se faire Bill ce soir, et il n'allait pas laisser passer une si belle occasion, c'était beaucoup trop beau et rare.

Il s'engagea avec fureur dans les escaliers, jusqu'à l'étage à la recherche de sa proie. Il la trouva au bout de celui-ci, la rousse pendue à son cou. Il accéléra le rythme jusqu'à se retrouver à quelques centimètres des deux adolescents. Il attrapa la minette par les épaules et la décolla de son Bill.

« Tu es à moi Bill. »

Bill sourit et se laissa faire quand Bushido l'embrassa passionnément, presque sauvagement. Faisant glisser vulgairement sa langue dans la bouche de Bill. Ils gémirent tous les deux tandis que Bushido ouvrait une porte et poussa Bill afin de s'engouffrer dans la pièce et de la verrouiller.

La rousse poussa un petit cri aigu de mécontentement et tapa des pieds.